Republier
Libye

Libye: les liaisons dangereuses du général Haftar avec les salafistes

Le général libyen Khalifa Haftar (photo d'archives).
© REUTERS/Esam Omran Al-Fetori

Les dernières mesures prises à l’est de la Libye par les autorités militaires, et qui étaient contestées par la population, mettent en lumière les liaisons existantes entre le maréchal Khalifa Haftar et les salafistes libyens proches de l'Arabie saoudite. Après l'interdiction de voyage pour les femmes non accompagnées d'un homme, l'arrivée d'un cheikh saoudien qui prêche l’islam wahhabite dans toutes les mosquées, l'interdiction des livres… Quelle est la nature du lien entre Haftar et les salafistes ?

Ce sont les intérêts communs qui lient le maréchal Khalifa Haftar et le courant salafiste extrémiste d'aspiration wahhabite saoudienne, au moins depuis 2014. Un fait qui met le maréchal devant ses contradictions, car ce responsable ne manque pas d’occasion pour critiquer les islamistes de tout bord.

Les cheiks de ce mouvement offrent une couverture religieuse à Haftar et lancent des fatwas en sa faveur. Ils appellent à le soutenir dans son combat contre les islamistes extrémistes proches de l'organisation EI. Tel Ansar al-Charia, le conseil de Choura de Benghazi ainsi que les Frères musulmans.

D'ailleurs de nombreux officiers salafistes sont morts sur le front à l'ouest de Benghazi en combattant dans les rangs du maréchal. Ils ont rejoint l’armée qu'il dirige à l'Est et certains sont devenus très proches de lui. Ils lui sont très utiles en matière de renseignements.

En échange, les salafistes ont la main libre pour gérer les mosquées, où ils diffusent largement leur idéologie. Leur influence est aujourd'hui très forte dans l'armée comme partout sur le terrain.

Un de ces officiers, Ashraf el-Mayyar, voulait faire un émirat islamique en Libye avant de rejoindre les forces de Haftar. Il est devenu un homme de confiance du général.
Les dernières décisions des autorités militaires sont prises sous influence de ces salafistes, au risque de faire baisser la popularité du maréchal.

Un décret a été émis le 16 février en Libye qui interdit aux femmes de moins de 60 ans de voyager seules (…), ce geste est censé être un gage aux extrémistes religieux d’obédience wahhabite
Ahmad Ben Chamsi
25-02-2017 - Par Houda Ibrahim

A (re)lire → Libye: Tripoli de nouveau le théâtre de violences affrontements

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.