Les cultures du Zimbabwe menacées par la chenille légionnaire

Une jeune fille dans un champ de maïs du village de Nhekiyana, au Zimbabwe (photo d'illustration).
© Getty Images

La chenille légionnaire d’automne ravage les cultures d’Afrique australe. Les agriculteurs du Zimbabwe subissent déjà de lourdes pertes et la situation ne va pas s'améliorer. Le département de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture prévoit que le Zimbabwe sera le pays le plus durement touché de la région.

Près de 130 000 hectares pourraient être détruits au Zimbabwe. Actuellement, la province des Midlands est la plus touchée. Depuis l’année dernière, la chenille légionnaire d’automne ravage les cultures de plusieurs aliments de base comme le maïs, le blé et le riz...

Les récoltes ont aussi été frappées ces dernières années par des épisodes de sécheresse aggravés par le phénomène climatique El Niño. L’ONU redoute donc une situation de pénurie alimentaire au Zimbabwe.

Combattre cette chenille est un véritable défi. En décembre dernier, le gouvernement zimbabwéen a distribué des pesticides aux agriculteurs. Mais cette chenille qui vient d'Amérique a déjà développé une résistance aux produits chimiques.

L'ONU envisage d'autres solutions. Creuser des tranchées pour isoler les zones infestées, faire appel à des oiseaux prédateurs de la chenille, voire brûler les cultures infestées. Pour s'en sortir, les agriculteurs du Zimbabwe diversifient leurs activités. Ils deviennent aussi éleveurs de chèvres ou de volailles.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.