Côte d’Ivoire: les autorités veulent un contrôle plus rigoureux de la filière cacao

Graines de cacao.
© Flickr/Giulian Frisoni

En Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de cacao, des planteurs ont récemment manifesté leur colère à la suite de la mévente de leurs récoltes. Des milliers de sacs destinés à l’exportation n’avaient pas trouvé d’acheteur pour un total de 350 000 tonnes de fèves. La faute à des opérateurs locaux qui n’ont pas les moyens de faire face aux fluctuations des cours sur le marché international. Le gouvernement ivoirien a annoncé la semaine dernière qu’il allait lancer un audit de la filière cacao.

Ce problème, nous l’avons réglé. Vous savez que nous sommes dans un système de vente anticipée. Pour que vous puissiez exporter du cacao en Côte d’Ivoire, il faut que vous bénéficiiez du contrat d’exportation. Et ce contrat d’exportation, vous ne pouvez l’avoir que si vous avez participé à la vente anticipée aux enchères. Ce qui s’est produit, c’est qu’il y a un certain nombre d’opérateurs qui ont pris des engagements et qui n’ont pas pu les honorer parce que les cours ont brutalement chuté. Ce sont des opérateurs qui malheureusement étaient à défaut. Donc c’est pour cela que nous avons demandé un audit du système pour que nous nous assurions que tous ceux qui participent à cette vente anticipée ne puissent pas mettre le système à risque. Nous allons nous donner les moyens d’un contrôle beaucoup plus rigoureux.

Mamadou Sangafowa Coulibaly
28-02-2017 - Par Stanislas Ndayishimiye

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.