Mali: les autorités intérimaires s'installent à Kidal

Koïna Ag Ahmadou, gouverneur de la région de Kidal, salue les représentants de la CMA, à Kidal, le 28 février 2017.
© STRINGER / AFP

Les premières autorités intérimaires, censées rétablir l'autorité de l'Etat dans les régions du Nord, ont été installées à Kidal. Une première étape qui a pris plus de 18 mois, mais l'accord de paix fait un grand pas en avant. Cependant, les challenges restent conséquents. RFI a pu se rendre dans l'extrême nord-est du Mali pour assister à cette cérémonie.

La délégation d'officiels n'aura vu Kidal que par la fenêtre opaque des blindés de l'ONU. Le trajet entre l'héliport et le nouveau siège des autorités intérimaires s'est déroulé sous très haute sécurité. Les forces françaises Barkhane, les casques bleus, mais aussi les soldats de la Coordination des mouvements de l'Azawad ont totalement verrouillé la ville pendant quelques heures, le temps d'une cérémonie express.

Une trentaine d'officiels, l'ambassadrice de France, les représentants de l'ONU et ministre du gouvernement malien on fait le déplacement depuis Bamako. Quelques discours sans fard, dans lesquels tous sont félicités de cette première étape symbolique.

Le drapeau du Mali n'a pas été hissé sur Kidal. A la place, des écharpes aux couleurs nationales ont été distribuées aux nouvelles autorités intérimaires, saluées par de timides applaudissements et des slogans pro-Azawad venus du fond de la salle, un territoire revendiqué un temps par les ex-rebelles. « On sait qu’il y a des difficultés, admet Haminy Belco Maïga, premier vice-président de ces autorités intérimaires. La première, c’est la cohésion sociale. Dans l’autorité intérimaire, il y a la plateforme, il y a les représentants de l’Etat, les représentants de la CMA. Ce n’est pas fortuit. Tant que les gens ne parlent pas le même langage, tant que les gens ne s’entendent pas, il ne peut pas avoir de développement, il ne peut pas y avoir de sécurité. »

[Repères] Forces et groupes armés au Mali: qui est qui?

Victoire symbolique avec la présence de tous les ambassadeurs

Aucune des personnalités présentes à Kidal ne s'est risquée à mettre sur le tapis l'épineuse question territoriale. La seule allusion à la question du territoire est venue de Me Harouna Toureh, le porte-parole du groupe armé pro-gouvernemental de la Plateforme. « Nous sommes venus en frères. Et je peux vous confirmer que ce matin, j’ai eu une grande émotion à l’aéroport de Bamako lorsque les frères de la Plateforme ont rencontré ceux de la CMA. Ils se sont donné l’accolade. C’était de la fraternité. Et je constate qu’ici également dans cette salle, je ne fais la différence entre personne. Vous êtes tous enturbannés et je ne vois pas la Plateforme, je ne vois pas la CMA. Je ne vois que des frères ici. Et je vous souhaite de rester frères, de continuer à vous tendre la main. Ce qui compte, c’est le présent et l’avenir que nous devons construire ensemble, en toute fraternité dans le respect des règles, je précise bien, de cette République que nous avons unanimement reconnue dans l’accord que nous avons tous signé. »

« Le simple fait d'avoir tous ces ambassadeurs présents ici aujourd'hui est déjà une immense victoire », glisse-t-on du côté de l'ONU. Mohamed Ag Erlaf, le ministre de l'Administration territoriale, préfère lui ne pas céder au triomphalisme : « Ce qui nous attend est encore plus difficile que ce que nous avons accompli. Il s’agira dorénavant de mettre les services sociaux de base en place, de rendre les services publics aux populations et aux citoyens, d’organiser les élections pour que ces autorités intérimaires soient remplacées par des collèges unis. »

La paix et la réconciliation nationale sont loin d'être gagnées, voilà ce que glisse un des vice-présidents de ces nouvelles autorités intérimaires. Prochaine étape à Kidal, la mise en place des patrouilles mixtes.

Après Kidal, Gao ce jeudi

Mali: les patrouilles mixtes vont débuter dans la région de Gao

Demain, c'est à Gao et à Ménaka, que les autorités intérimaires doivent se mettre en place. Les défis restent nombreux, avec des mouvements de contestation, politiques et militaires sur place. Le ministre de la Réconciliation nationale a été dépêché.

La CMFPR2, un groupe politico-militaire, occupe l'assemblée régionale de Gao avec une quinzaine d'hommes armés qui interdisent l'accès à ce bâtiment aux agents de l'Etat depuis hier après-midi. Une nouvelle provocation, à la veille de l'installation des autorités intérimaires.

Plusieurs groupes armés minoritaires estiment être « méprisés » par la communauté internationale et le gouvernement. Ils réclament plus de représentativité à Gao et l'intégration de leurs combattants dans le processus de désarmement, démobilisation et réintégration (DDR).

Le ministre de la Réconciliation nationale, Mohamed El Moctar, doit rencontrer les groupes armés aujourd'hui, il est dépêché en urgence à Gao. De son côté, Alghabass Ag Intalla, un des chefs de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) essaye lui aussi d'arranger les choses. Il n'était d'ailleurs pas présent à Kidal pour l'installation des premières autorités, occupé ailleurs à Gao.