Gabon: l'opposition veut croire aux sanctions européennes contre Ali Bongo

A Libreville.
© STEVE JORDAN / AFP

L’élection présidentielle du 27 août 2016 au Gabon et la validation par la Cour constitutionnelle le 23 septembre de la victoire d'Ali Bongo sont toujours farouchement contestées par le camp de Jean Ping. Pour rappel, les observateurs européens ont indiqué, sans détour, que les « anomalies » observées dans le Haut-Ogooué « mettent en question l’intégrité du processus de consolidation des résultats et du résultat final de l’élection ». L'Union européenne va-t-elle appliquer l'article 96 des accords de Cotonou et appliquer des sanctions contre Libreville ? Le porte-parole de Jean Ping, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, qui revient de Bruxelles, y croit. Il est au micro de RFI.

Il va falloir envisager des sanctions. Il n'est pas trop tard.

Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, porte-parole de Jean Ping
02-03-2017 - Par Jean-Jacques Louarn

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.