Au Mali, premières conséquences du décret anti-avortement de Trump

Donald Trump, le président américain.
© REUTERS/Jonathan Ernst

Aujourd'hui s'ouvre à Bruxelles, en Belgique, la conférence « She decides », « Elle décide ». Près de 400 participants venus de 50 pays se réunissent dans le but de lever des fonds, en réaction à un décret signé par Donald Trump. Ce texte interdit le financement américain d'ONG étrangères qui facilitent l'accès à l'avortement. Les conséquences de ce décret sont déjà sensibles dans plusieurs pays : au Mali, par exemple, des organisations de planning familial ne toucheront pas les 600 000 dollars qu'elles auraient dû recevoir de la part des Etats-Unis.

Dire que nous n’allons plus avoir accès à ces fonds, ça va avoir un cap sur la réalisation de tous nos objectifs. Ça a une conséquence directe sur nous et surtout sur la population, qui à travers nous a accès à ces informations, a accès à ces services-là. Imaginez un peu ces 600 000 dollars qui allaient permettre à combien de jeunes filles, à combien de femmes d’avoir accès à la contraception, d’avoir accès à ces informations, d’avoir le droit et le choix de pouvoir décider de leur vie. Donc, imaginez un peu ce nombre de gens qui n’auront plus ce choix. Du coup, c’est vraiment une décision dure pour nous, c’est dur pour le monde du développement.
Adama Dicko
02-03-2017 - Par Zeenat Hansrod