Burkina Faso: tuerie dans le Soum

Le département du Soum, dans le nord du Burkina Faso, a été le théâtre d'attaques terroristes ces derniers mois.
© Wikimedia Commons

Un directeur d'école et un villageois de la province du Soum, près de la frontière avec le Mali, ont été abattus vendredi 3 mars par de présumés jihadistes. Le village de Kourfayel est situé à environ 7 kilomètres de Djibo, le chef de la province du Soum. C'est dans cette même province que deux commissariats de police ont été attaqués dans la nuit de lundi à mardi par les hommes d’Ansarul Islam, du prédicateur radical Ibrahim Malam Dicko.

Selon les informations de RFI, c'est l'habitant du village qui fut abattu d'abord. Quand l'enseignant a tenté de se réfugier dans sa classe, il a tout simplement été criblé de balles. Ces hommes armés ont ensuite fait le tour de certaines écoles et exigé la fermeture des classes. Après leur forfait, les deux hommes sont repartis vers la frontière malienne. Et les forces de défense et de sécurité se sont lancées à leur poursuite.

Pris de peur, certains enseignants ont décidé de rejoindre la ville de Djibo, le chef-lieu de la province. C'est la première fois que les enseignants sont directement visés par groupes armés. Des rumeurs folles avaient couru dans la ville jeudi dernier sur l'arrivée imminente d'assaillants, obligeant les habitants à se terrer chez eux.

Fin janvier, des hommes armés avaient menacé des enseignants de la même région d'abandonner le programme officiel au profit de l'arabe et du Coran. Les forces de défenses avaient multiplié les patrouilles pour rassurer les enseignants. L'attaque de ce vendredi intervient après celles dans la nuit de lundi à mardi de deux commissariats à dans cette même province du Soum.