Republier
Cameroun

Cameroun: la crise perdure dans les deux régions anglophones

A Buéa, au Nord-Cameroun, la population a un sentiment d'abandon (photo d'illustration).
© Getty

Au Cameroun, la crise dans les deux régions anglophones se poursuit depuis plus de quatre mois. Internet est toujours coupé, les leaders de la contestation, arrêtés, sont toujours emprisonnés et le sentiment des populations n'a pas changé. Au contraire, elles se sentent toujours autant marginalisées. Cette situation de crise est venue raviver un malaise profond entre les communautés francophones et anglophones du Cameroun. De manière générale, la minorité anglophone se considère comme l'enfant mal aimé du pays.

S’il y a bien un fait qui met tout le monde d’accord dans cette crise, c’est que les anglophones du Cameroun se sentent marginalisés.

« Vous-même, vous le savez. On rejette beaucoup les anglophones. Quand vous parlez, vous dites toujours: va là-bas… C’est comme si nous, nous n’étions pas Camerounais », dit cet habitant de Buéa.

Il y a également un sentiment de mise au banc de touche du développement vécu par cette citoyenne comme un régime de préférence pour la majorité francophone.

« C’est comme avec deux frères. Quand un père discrimine et montre ouvertement à l’un de ses fils qu’il est moins aimé que son autre fils, des conflits ne peuvent pas manquer de voir le jour dans la maison. Par contre, si ce père fait l’effort de nouer un lien avec ses deux enfants et montre à chacun autant d’intérêt, si les deux enfants savent qu’ils sont aimés de la même manière, il y aura beaucoup de joie dans la famille », dit-elle en guise de comparaison.

Toutes choses qui n’empêchent pas cependant ces Camerounais de rester attachés à leur patrie.

« Tout le monde aime le Cameroun. Nous aimons notre pays. Tout le monde doit pouvoir y avoir sa place », ajoute cette citoyenne.

Depuis cette décennie que je suis ici, c’est bien la première fois que je vis une situation pareille. Jamais on avait été autant mis à mal dans la cohésion nationale ici avec les frères qui anglophones, qui francophones.

Le sentiment des francophones qui vivent en zone anglophone
05-03-2017 - Par Polycarpe Essomba

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.