Mali: le «Groupe de soutien» jihadiste revendique l'attaque de Boulikessi

Iyad ag Ghali, leader d'Ansar Dine et désormais à la tête du «Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans», le 7 août 2012 à Kidal,
© AFP PHOTO / ROMARIC OLLO HIEN

Une semaine après l'attaque du 5 mars qui a coûté la vie à onze militaires maliens à Boulikessi, le « Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans » a signé cette action. Cette nouvelle alliance issue de la fusion entre plusieurs groupes jihadiste du Sahel a vu le jour début mars seulement.

Le groupe a revendiqué son attaque par téléphone et en envoyant un communiqué, signé d'un porte-parole, le même homme qui revendiquait les attaques d'Aqmi. Elle a été diffusée par l'agence Nouakchott Info, une agence mauritanienne utilisée régulièrement comme canal d'expression par des groupes jihadistes. C'est via l'ANI que l'alliance avait annoncé sa création, tout début mars.

Le « Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans » donne le bilan que l'on connait : il affirme avoir tué plus d'une dizaine de militaires maliens. Il précise avoir détruit cinq véhicules et dit avoir emporté une grande quantité d'armement. Selon le porte-parole du mouvement, les jidhadistes ne compteraient que deux blessés dans leurs rangs, une information bien sûr impossible à vérifier.

Cette revendication arrive une dizaine de jours après la création de cette alliance - qui regroupe entres autres Aqmi et le mouvement Ansar Dine de Iyad Ag Ghali - qui pose là donc son premier acte. Comme pour confirmer qu'elle existe bel et bien et qu'elle a les moyens d'agir.

Cette revendication coupe court aussi aux soupçons qui pesaient sur le groupe Ansarul Islam du prédicateur burkinabè Ibrahim Malaam Dicko. Des soupçons sans fondement particulier si ce n'est la proximité géographique de l'attaque avec le Burkina Faso, Boulikessi étant situé à la frontière.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.