RDC: deux experts onusiens disparus dans le Kasaï

La province du Kasaï-Central a été le théâtre d'affrontements meurtriers ces derniers mois.
© Wikimedia Commons

En RDC, deux experts des Nations unies sont portés disparus depuis dimanche 12 mars dans la région du Kasaï, région du centre de la République démocratique du Congo agitée par une rébellion depuis plus de six mois. Les deux experts sont de nationalités américaine et suédoise. Ils étaient chargés par le Conseil de sécurité d'enquêter sur les groupes armés, les violations des droits de l'homme et les possibles violations d'un embargo sur les armes dans le pays.

Ils étaient au Kasaï-Central depuis 5 jours et selon les autorités congolaises, les deux enquêteurs des Nations unies ont été enlevés avec leurs trois chauffeurs de taxi-moto et leur interprète. Ils seraient tombés dans une embuscade tendue par un groupe armé « non identifié » à environ 120 km au sud de Kananga, au niveau de la rivière Moyo sur l'axe Bukonde-Tshimbulu. Ils auraient été ensuite conduits dans la forêt.

Dans son communiqué, le gouvernement soutient que les experts onusiens sillonnaient la province « sans que les autorités locales en aient été informées ». La Monusco a indiqué qu'elle ne souhaitait pas commenter cette affirmation avant d'avoir obtenu les résultats de son enquête sur le terrain. Lundi soir, un porte-parole de la Monusco affirmait n'avoir pas plus de détails. « Ils sont portés disparus. Nous n'avons pas encore reçu ni revendication, ni demande de rançon. Nous faisons tout notre possible pour les localiser ». Une patrouille de casques bleus tentait lundi de retrouver les six personnes disparues. Les opérations de recherches vont se poursuivre.

Et toujours ces deux questions essentielles : sont-ils encore en vie ? Qui est derrière cette attaque ? Le gouvernement congolais affirme qu'une enquête est ouverte.

Ils ont loué trois motos pour eux deux et pour leurs traducteurs(...), ils ont pris la direction de Tshimbulu...
Lambert Mende, porte-parole du gouvernement
14-03-2017 - Par Léa-Lisa Westerhoff