RDC: la situation reste tendue à Kananga alors que les négociations continuent

Une délégation gouvernementale est au Kasaï-Central depuis dimanche pour tenter d'enrayer le phénomène Kamuina Nsapu.
© Monusco/Myriam Asmani/Wikimedia commons

Le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, poursuit sa mission dans les provinces touchées par le phénomène Kamuina Nsapu, une insurrection contre l’autorité de l’Etat née de la révolte d’un chef coutumier du même nom dans le Kasaï-Central. Après Kananga, où des tirs ont retenti mardi encore, il s’est rendu dans deux autres provinces, le Sankuru et le Kasaï-Oriental.

En pleine visite du vice-Premier ministre, après deux journées d’apaisement, de nouveaux coups de feu ont retenti mardi matin à Kananga. Des habitants parlent de dizaines d’éléments des Kamuina Nsapu qui sont descendus dans la ville.

Selon Emmanuel Ramazani Shadari, seuls quatre miliciens ont cherché à incendier à coup de cocktails Molotov l’une des maisons du gouverneur Alex Kandé, responsable selon eux de la mort de Kamuina Nsapu, le chef coutumier tué l'été dernier. Les coups de feu s’expliqueraient par des tirs de dissuasion de policiers qui auraient créé un mouvement de panique. Ils ont été réprimandés, assure le vice-Premier ministre.

Apaiser la situation

Emmanuel Ramazani Shadary est également sorti dans la matinée, à pied, faisant un discours au marché pour tenter d’apaiser les esprits. Quelques rafales de tirs ont encore été entendues après cela, mais le calme est peu à peu revenu.

Les habitants de Kananga ne cachaient pas leur surprise et leur incompréhension mardi, s’interrogeant sur les raisons d’une attaque en pleines négociations. Dans l’une des artères principales de la ville, certains dénonçaient l’exécution de trois miliciens par les forces de sécurité. Le vice-Premier ministre dit n’avoir reçu aucun rapport allant en ce sens.

Il s’est ensuite rendu à Lusambo dans la province du Sankuru où un commissaire de police avait été tué par de présumés éléments Kamuina Nsapu ou se revendiquant comme tel. Il s’est ensuite envolé vers Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï-Oriental qui a aussi connu des troubles.

Ce mercredi, il se rendra à Mwene Ditu, au Lomami, qui a connu le week-end dernier une attaque d’hommes se revendiquant du défunt chef coutumier, avant de rentrer à Kananga pour tenter de conclure les négociations avec la famille de Kamuina Nsapu.