Rentrée parlementaire en RDC: crise économique et élections au menu

Le palais du peuple, le Parlement congolais.
© RFI/Habibou Bangré

En RDC, la rentrée parlementaire a eu lieu hier mercredi 15 mars. Cette session hors mandat sera essentiellement consacrée aux enjeux électoraux, la présidentielle étant fixée en décembre prochain. Dans les deux chambres, les discours étaient bien sûr axés sur les négociations en rapport avec l’alternance à la tête de l’Etat, mais ils n’ont pas manqué d’épingler la difficile situation sociale de la population.

Au Sénat, le président de cette chambre Léon Kengo wa Dondo a mis en exergue le contexte socio-économique plus que morose dans lequel se tient la présente session parlementaire. « La situation sociale du peuple a atteint des limites insupportables. On constate la montée vertigineuse de l’inflation et celle-ci a engendré l’emballement des prix et la détérioration du franc congolais. Le pouvoir d’achat de la population a périclité…»

Selon Kengo wa Dondo, le problème est dans la gestion de l’économie du pays.

De son côté, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a invité à la reprise des négociations directes facilitées par la CENCO. Des négociations qui devront conduire à l’élection présidentielle en décembre prochain. « Aujourd’hui, la première espérance à susciter... consiste à donner à toutes les filles et à tous les fils de ce grand pays, l’assurance d’un processus électoral irréversible, nanti de toutes les garanties de sa crédibilité ».

Aubin Minaku a également invité le gouvernement à déposer au Parlement -avant le 10 avril prochain- les différents textes de loi en rapport avec les futures élections.