Côte d’Ivoire: des ONG alertent sur le sort de la forêt du Cavally

Une forêt de Côte d'Ivoire détruite.
© Parti-ecologique-ivoirien.org

En Côte d'Ivoire, dans l'ouest du pays, plusieurs ONG tirent la sonnette d'alarme concernant la forêt du Cavally. Une forêt classée du pays, précieuse par sa biodiversité, et qui est menacée par des bandes armées et des exploitants qui la détruisent consciencieusement hectare par hectare.

Elles sont plusieurs les ONG, comme celle de Emmanuelle Normand de la Fondation pour les chimpanzés sauvages (WCF- Wild Chimpanzee Fondation), à s'alarmer de la disparition progressive d'une des dernières forêts classées de Côte d’Ivoire. « C’est un réseau. Ce sont des gens qui sont armés, qui sont protégés, qui sont organisés et qui détruisent cette forêt ».

Des bandes armées vendent illégalement des terres à des cultivateurs en mal de surface pour exploiter du cacao dans la forêt du Cavally, à l'ouest du pays. « Il y a tout un réseau de ventes de forêt qui s’est mis en place et les gens viennent de partout. Ils peuvent venir du Burkina, ils peuvent venir du centre du pays. Ils viennent des autres forêts classées qui ont été détruites déjà il y a longtemps. Les autorités savent qui ils sont, les personnes qui sont actuellement à la tête de ces bandes armées, mais il n’y a aucune réaction », s’inquiète Emmanuelle Normand.

La Société de développement des forêts (Sodefor), en charge de la gestion des forêts du pays est, semble-t-il, complètement dépassée par l'ampleur du mouvement, et les autorités gendarmeries ou force de police, font preuve d’une coupable passivité, selon les ONG. Valéry Viehou de l’ONG OPFRT : « Sauver la forêt classée du Cavally, c’est sauver beaucoup, beaucoup, et surtout pour le programme d’émergence verte, donc l’émergence durable du président de la République ».

Des ONG pourchassées, des cultivateurs rackettés par les bandes armées qui pratiquent dans le même temps l'orpaillage et des trafics en tout genre. La forêt du Cavally est menacée, ce qui est paradoxal dans un pays qui a signé il y a peu le protocole de la COP 21 garantissant la protection de l'environnement en Côte d’Ivoire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.