Republier
Gabon Justice

Gabon: zones d'ombres autour de la suspension du procureur de la région d'Oyem

Le jeune procureur est accusé d'insubordination hiérarchique caractérisée, d'absences injustifiées, de procédures irrégulières et de saisies illégales de grumes. (Photo d'illustration)
© Getty Images/ Spaces Images

La région d'Oyem dans le nord du Gabon n'a plus de procureur. Fabrice Afane Allogo a été suspendu pour trois mois par sa hiérarchie. Dans un document authentifié par RFI, le procureur général près la Cour d'appel d'Oyem écrit qu'il s'est « illustré par une insubordination hiérarchique caractérisée, des absences injustifiées, des procédures irrégulières et des saisies illégales de grumes ». Il ne sera pas payé pendant sa suspension. Une affaire sensible dans une région où les richesses notamment en bois suscitent beaucoup de convoitise.

Certains médias gabonais donnent une image sulfureuse du procureur d'Oyem. Le magistrat est présenté comme un flambeur, un arrogant ayant le goût du luxe et sans respect pour ses supérieurs. Sa suspension serait liée à ses liens présumés avec un entrepreneur chinois exploitant le bois dans la région. Fabrice Afane Allogo trancherait les conflits en sa faveur, au détriment des petits exploitants locaux. Fin janvier, la Confédération des petites et moyennes entreprises avait d'ailleurs affirmé que le secteur bois était passé sous la tutelle de la justice locale.

Mais plusieurs sources donnent une version radicalement différente et parlent d'une cabale contre le procureur. Un bon connaisseur du dossier explique que Fabrice Afane Allogo enquêtait sur un trafic présumé de Kévazingo. Ce bois précieux est prisé des Asiatiques, mais sa coupe est strictement réglementée. Or le magistrat aurait découvert des liens entre des exploitants locaux et des fonctionnaires du ministère des Eaux et Forêts pour obtenir des permis d'exploitation en échange d'argent.

Le magistrat aurait alors resserré les contrôles, entraînant la méfiance des trafiquants présumés, qui auraient décidé de lancer une campagne contre lui. Averti, Fabrice Afane Allogo a alors décidé de saisir de la marchandise et de mettre en garde à vue un entrepreneur local. La colère des exploitants et leurs connexions politiques auraient entraîné sa chute. Désormais, le jeune procureur risque d'être sanctionné par le Conseil supérieur de la magistrature.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.