Au Tchad, Marine Le Pen défend son projet de fermer les frontières françaises

Lors de sa visite au Tchad, Marine Le Pen s'est rendue dans un hôpital pour femmes et enfants à Ndjamena, le 22 mars 2017.
© BRAHIM ADJI / AFP

Fin de séjour au Tchad pour Marine Le Pen. La candidate du Front national qui a été reçue au cours de sa visite par le chef de l'Etat et le président de l'Assemblée nationale a indiqué qu'elle venait parler un « langage de sincérité », non seulement aux Tchadiens, mais à toute l'Afrique.

La candidate du Front national assure qu’elle est venue s’expliquer et proposer une nouvelle forme de coopération entre les pays africains et la France dans un « langage de vérité ».

Sur l’immigration, thème central de sa campagne, Marine Le Pen rappelle qu’en cas d’élection, elle entend défendre les frontières de la France. « Parce que la France est souveraine, parce qu’elle a des lois, les étrangers arrivés illégalement en France seront reconduits et les frontières françaises seront restaurées et contrôlées, a-t-elle promis. Ces principes se fondent sur la réciprocité, la sincérité. Ils sont compréhensibles et acceptables, non seulement par l’ensemble des chefs d’Etat, mais aussi par les opinions publiques d’Afrique. »

Si elle est élue, Marine Le Pen assure par ailleurs que la France va tout de même continuer à recevoir les étudiants africains, mais à une condition. « La France entend toujours accueillir des étudiants francophones dans ses universités, bien entendu, mais dans la vision que je développe, ces étudiants africains n’ont pas vocation à rester en France. Ils ont vocation à retourner, forts du bagage qui leur a été transmis, dans leur pays pour participer au développement économique de ceux-ci. »

Enfin, au sujet du franc CFA, la candidate du Front national répond : « Je défends la liberté et la souveraineté et la liberté de chaque pays à avoir sa propre monnaie, comme je le fais pour la France ».