Révision constitutionnelle au Bénin: les magistrats dans la rue contre le projet

Hémicycle de l'Assemblée nationale du Benin.
© benininfo.com

La grogne autour du projet de nouvelle Constitution au Bénin se poursuit. Ce lundi, ce sont les magistrats qui sont dans la rue. Ils dénoncent un texte très inquiétant en l’état qui pourrait marquer « la fin de la magistrature », selon eux.

Le premier point de crispation, c'est la question de la mobilité des magistrats. Pour l'instant, ils sont inamovibles. C'est inscrit dans la Constitution actuelle, mais le nouveau projet instaure un délai : une durée au-delà de laquelle les magistrats pourront être mutés « sans leur consentement », précise le président du Syndicat de la magistrature. Selon lui, cette mesure porte atteinte à l'indépendance des juges.

Un autre amendement incommode les magistrats : celui qui porte sur les conditions de la garde à vue. Selon le projet de révision de la Constitution, les juges pourront engager des poursuites contre les députés, les ministres ou le président, mais ils ne pourraient pas décider de les placer en détention ni même de demander à des policiers de les mettre en garde à vue.

Selon le syndicat de la magistrature, cela crée des citoyens super privilégiés. Les juges estiment que cela porte atteinte à un principe fondamental : l'égalité de tous devant la loi. Ils étaient une centaine ce lundi matin à manifester dans la capitale pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme un affaiblissement du pouvoir judiciaire.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.