La Zambie lance une grande consultation concernant son éventuel retrait de la CPI

Siège de la CPI à La Haye, Pays-Bas.
© Wikimédia

En Zambie, le gouvernement lance à partir de ce lundi et jusqu'au 31 mai une consultation publique sur l'adhésion du pays à la Cour pénale internationale. Cette opération menée par le ministère de la Justice fait suite à l'adoption d'une « stratégie de retrait collectif » lors du dernier sommet de l'Union africaine au mois de janvier.

Les habitants de 30 provinces zambiennes sur les 103 que compte le pays vont être consultés pour savoir si la Zambie doit rester membre de la Cour pénale internationale. Les résidents des autres régions zambiennes sont invités à présenter leurs observations par écrit s'ils le souhaitent.

Le ministre de la Justice, Given Lubinda, a indiqué que les résultats de ce processus consultatif seront formalisés dans un rapport, qui devrait être rendu public lors du prochain sommet de l'Union africaine. Avant qu'une résolution ne soit adoptée par le gouvernement.

Le Front patriotique au pouvoir assure qu'il ne compte en aucun cas influencer les réponses des Zambiens. Le ministre de la Justice a déclaré que le président Edgar Lungu souhaite respecter pleinement la volonté populaire, conformément à la Constitution du pays.

Pourtant, cette consultation publique soulève quelques critiques en Zambie, notamment à cause de son coût. Le gouvernement a débloqué 330 000 euros pour mener à bien cette opération.