Afrique du Sud: à Johannesburg, des manifestants défilent contre la xénophobie

Le maire de Johannesburg, Herman Mashaba, était notamment dans le viseur des manifestants, après des propos polémiques sur les étrangers.
© GIANLUIGI GUERCIA / AFP

En Afrique du Sud, plusieurs organisations des droits de l'homme, réunies en une « coalition contre la xénophobie » ont organisé ce mardi 28 mars une marche contre la xénophobie. Plusieurs centaines de manifestants ont défilé à travers le centre-ville de Johannesburg.

Une fois de plus, les défenseurs des droits de l'homme appellent la population sud-africaine et ses dirigeants à lutter contre la xénophobie.

Jean-Claude est congolais. Il veut rappeler que les étrangers, accusés de tous les maux, ne sont pas que des criminels. « Les Congolais qui sont ici, beaucoup sont qualifiés et contribuent à l’économie sud-africaine. Dans chaque hôpital, il y a au moins un médecin congolais. On a des techniciens qui contribuent au développement de ce pays. »

Plusieurs dizaine de sud-africains sont également présents dans la manifestation. Oscar est membre de l'association Sonke Gender Justice : « La xénophobie, pas en mon nom ! Nous devons arrêter de tuer nos frères africains... Nous devons nous dresser, ensemble, nous devons être unis. »

Beaucoup ici veulent voir les dirigeants sud-africains prendre leurs responsabilités. Milton, originaire du Cameroun, a été choqué par les propos du maire de Johannesburg, Herman Mashaba, au sujet des étrangers.

« Je crois vraiment que ses commentaires ont nourrit les attaques xénophobes, s’indigne-t-il. Les leaders politiques doivent comprendre qu'ils ne peuvent pas dissocier leurs opinions de la position qu'ils occupent : ce qu'ils disent fait loi. Il a dit que les étrangers sont des criminels, des illégaux sans papiers. Mais moi par exemple, j'ai des papiers ! »

Egalement présent, le syndicat de la métallurgie Numsa a également critiqué le maire de Johannesburg, accusé de mener une politique « anti-pauvres et anti-immigrés », « similaire à celle de Donald Trump ».
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.