A Madagascar, la fin des sachets en plastique, au grand dam des vendeurs

Le gouvernement malgache interdit l'utilisation et la vente de petits sachets transparents, beaucoup utilisés sur les marchés.
© Laetitia Bezain/RFI

Le gouvernement malgache a décidé de bannir ces petits sacs transparents, beaucoup utilisés sur les marchés notamment. Le décret entre en vigueur ce samedi. Une interdiction pour lutter contre la pollution et protéger la santé humaine indique le ministère du Commerce et de l'Environnement. Cette décision fait de nombreux mécontents, surtout chez les vendeurs de fruits et légumes.

A Antananarivo, ces petits sachets en plastiques sont les premières causes de pollution et d'innondations car ils bouchent les canaux d'évacuations des bas quartiers de la ville.

C'est l'une des raisons pour laquelle le ministère de l'Environnement a décidé de les supprimer. Une mesure qui laisse Jocelyne Randrianalison, vendeuse de sacs plastiques, sur le marché d'Analakely, dans l'angoisse : « C'est ma source de revenus. Donc si on ne peut plus en vendre, comment je vais faire ? Ils nous demandent de vendre ces grands sacs noirs à la place, mais ils sont plus chers. Ils coûtent 500 ariary. Les gens n'en achètent pas. »

Avec ce décret du gouvernement, seuls les sacs d'une épaisseur supérieure à 50 microns seront autorisés. La mention « réutilisable » ainsi que le nom du fournisseur devront y être inscrits.

Marcelline Ravaoarisoa est vendeuse de fruits. Elle ne se voit pas abandonner les sachets transparents. « Ces petits sacs, je les achète 50 ariary la pièce. Comme je savais que l'interdiction allait entrer en vigueur, j'ai fait des stocks. Moi ça me pose vraiment problème parce que les clients n'utilisent pas de panier ici, donc je leur donne ces petits sachets pour qu'ils puissent mettre leurs courses. »

Le ministère de l'Environnement a fait savoir qu'il se chargera de vérifier si ces sacs continuent d'être vendus sur les marchés. Si tel est le cas, ils seront saisis. Les sanctions, allant jusqu'à la suspension d'activités, se feront à l'encontre des fournisseurs.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.