Rwanda: un blogueur, critique envers le gouvernement, en attente de son procès

L'ONG Human rights watch s'inquiète du sort réservé au blogueur rwandais Joseph Nkusi.
© AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

Joseph Nkusi, virulent critique du gouvernement rwandais, a été arrêté à Kigali en octobre 2016 juste après avoir été expulsé de Norvège. L'Organisation de défense des droits de l'homme Human rights watch avait appelé les autorités rwandaises à veiller à ce que le blogueur ait un procès équitable. L'ouverture de son procès pour «idéologie du génocide» et «incitation à l'insurrection» a été repoussée ce jeudi. La Haute de cour de Kigali s'est en effet déclarée incompétente et pourrait transférer le dossier à une chambre spécialisée. Aucune date pour l'ouverture de ce procès n'a pour l'instant été annoncée.

Joseph Nkusi vivait en Norvège depuis 2009. Mais l'année dernière, il s'est vu refuser sa demande d'asile et a été expulsé. A son arrivé à Kigali, il a été immédiatement arrêté. Au cœur de cette affaire, son blog : Shikama. Très critique du gouvernement, il fait partie des sites internet bloqués au Rwanda.

Evoquant les crimes dont est accusée l'ex-rébellion du FPR aujourd'hui au pouvoir,
Joseph Nkusi y avait par exemple affirmé qu'outre les Tutsis, les Hutus avaient aussi été visés par un génocide en 1994. Affirmer qu'il y a eu un « double génocide au Rwanda » relève du négationnisme selon la loi rwandaise.

Selon Human rights watch si parler d'un double génocide est « sans fondement » et répréhensible, l'ONG de défense des droits de l'homme s'inquiète de l'accusation d' « idéologie du génocide » dont le blogueur fait l'objet. Malgré une réforme en 2013 de cette loi controversée, pour HRW, elle comporte toujours des « éléments de langage » pouvant servir à criminaliser la liberté d'expression.

Sur son blog, Joseph Nkusi s'attaquait régulièrement au bilan de Kigali en matière de droits humain. HRW appelle donc les autorités à veiller à ce que le blogueur ait un « procès équitable » et ne soit pas « poursuivi ni condamné pour avoir critiqué le gouvernement ».
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.