L'hommage des amis, journalistes et collègues de RFI à Laurent Sadoux

Laurent Sadoux
© RFI/Pierre René-Worms

Laurent Sadoux, présentateur historique d'Afrique Midi, s'en est allé. Mais cette voix chaude, grave, complice, inoubliable pour des millions d’auditeurs, a laissé sa marque à RFI et en Afrique. Les journalistes des rédactions de la radio du monde, d'anciens collègues et des amis de Laurent Sadoux ont fait part de leur tristesse dans un grand nombre de messages. Une façon de célébrer encore une fois cette grande figure radiophonique dont les obsèques ont eu lieu ce vendredi 14 avril 2017 au cimetière du Père-Lachaise, à Paris.

Kodjo Arre, journaliste : « La disparition de notre confrère Laurent Sadoux nous laisse un vide qu'il sera difficile de combler. C'est une bibliothèque qui s'est envolée. Nous lui souhaitons un bon repos au-delà, et que la terre lui soit légère. »

Mouctar Bah, correspondant de RFI à Conakry : « Chez nous, lorsqu'un être cher meurt, souvent les gens ne disent pas qu'il est mort, mais qu'il s'est éloigné. (...) Je vous adresse à tous mes condoléances attristées, à sa famille, ses proches ainsi qu'à tous ceux qui,l'ont connu ou aimé de par sa voix qui est inimitable. Paix à son âme, que la terre lui soit légère. »

Bitta Bienvenu, journaliste : « Merci, de tout cœur avec vous. Amitié »

Honoré Blao, directeur de la Maison de la presse du Togo : « Nous sommes très attristées par la disparition de Laurent Sadoux (...) Je me souviens toujours de ses présentations des journaux à RFI que je suivais très bien. Ce don, ce talent qu'il possédait à aimanter la radio mondiale. (...) Je comprends qu'il ne voulait abandonner les millions d'auditeurs RFI à travers le monde. C'était pour lui un grand devoir envers ses fans de la radio. C'est une grande voix de la radio qui nous quitte. Mais le timbre de sa voix va continuer à résonner dans les coeurs des journalistes togolais. La Maison de la Presse du Togo lui rend hommage, et nous prions que Dieu l'accueillera au ciel parmi les autres journalistes qui ont quitté ce monde. A la direction de RFI, à toute la rédaction de RFI, nous présentons nos condoléances les plus sincères. Que son âme repose en paix. »

Philippe Cergel, ancien présentateur de RFI : « Si chaque jour est une vie, chaque mort est une nuit. Pensées et condoléances pour la disparition de Laurent. »

Je retiens un bosseur, je retiens quelqu'un qui a beaucoup de respect de l'auditeur...
Laurent Chaffard
14-04-2017 - Par RFI

Ammi Baba Cissé journaliste au Figaro du Mali : « Toutes mes condoléances, je partage la peine en tant que confrère et en tant qu'inspirateur. Il a été un modèle et une référence. »

Emmanuel Koffi, correspondant de RFI à Abidjan : « Triste. Un grand deuil pour notre maison commune. Laurent était de mon point de vue un grand professionnel qui aimait tant son boulot. Paix à son âme. Condoléances appuyées à sa famille et à toute la rédaction. »

Benjamin Damade, ancien journaliste à RFI : « Bien qu'ayant déserté les couloirs de la radio du monde depuis bientôt trois ans, j'ai été très touché d'apprendre le décès de Laurent. Je tenais simplement à m'associer à votre peine, à joindre quelques pensées à celles que je vois fleurir sur les réseaux sociaux. Je ne suis pas resté si longtemps parmi vous, mais je garde un souvenir jovial de mes antennes avec Laurent. De son accueil chaleureux, son humour et sa bienveillance taquine qui avaient le don de me mettre à l'aise à l'heure d'affronter les premiers directs dans Afrique Midi. Ce n'est pas grand-chose mais dans ce métier où tout le monde file à toute allure, ces petites attentions comptent (...) »

D'une grande voix à une autre, l'hommage d'Arnaud Pontus à Laurent Sadoux
13-04-2017 - Par Arnaud Pontus

Jean-Jacques Djidjoho, directeur d'une agence de construction : « Cette voix va nous manquer. Toutes nos condoléances à sa famille. »

Kantao Drissa, directeur de publication du journal Le Flambeau : « C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris la disparition de notre confère, Laurent Sadoux. A cet effet, la rédaction du journal Le Flambeau du Mali présente ses condoléances les plus attristées à sa famille et ses collaborateurs. »

François Katendi, directeur du magazine Enjeux africains : « Je présente à la grande famille de RFI mes sincères condoléances. Une fois de plus, nous perdons une grande voix et surtout un amoureux du continent africain. Que l'âme de "Notre Laurent continental" repose en paix. Nous ne l'oublierons jamais. Amitiés. »

Yves Dossou Leblanc, journaliste reporter : « Merci pour ce témoignage sur l'homme qu'a été notre confrère Laurent Sadoux, un homme de média exceptionnel. Alors pour immortaliser cet homme de média hors pair, pourquoi ne pas instituer un prix d'excellence que nous pourrions dénommer "prix Laurent Sadoux", à l'attention des journalistes africains francophones ? Un prix dont le thème porterait essentiellement sur la pratique du journalisme en Afrique subsaharienne, sur ses défis et ses perspectives. Un prix ouvert à tous les médias (radio, télévision, site internet, presse écrite). C'est là une proposition qui, j'espère, sera améliorée par une équipe qui aimerait voir traduite dans la réalité cette idée de rendre éternel celui qui en a émerveillé plus d'un à travers sa présentation d'édition Afrique Midi. »

Jonathan Elbaz, ancien du support informatique de RFI : « C'est avec tristesse que j'apprends ce soir le décès de Laurent Sadoux. J'ai eu la chance d'entendre sa voix chaude, grave et si familière, non pas seulement à travers des enceintes de chaîne hifi mais aussi en vrai. J'ai effectivement été convié à voir son émission incontournable Afrique Midi, un beau jour d'hiver. Je n'oublierai pas sa gentillesse et son attitude zen en toutes circonstances. Il va certainement laisser un grand vide à la famille RFI, dont j'ai eu la chance de faire partie, ainsi qu'aux auditeurs. (...) Je vous présente mes pensées les plus attristées et suis de tout coeur avec vous. »

Fabien Essiane, correspondant de RFI en Guinée équatoriale : « C'est avec consternation que j'ai appris le décès de Laurent Sadoux, l'homme qui aimait s'habiller en pantalon jeans, baskets et chemise à manches courtes ! Je me souviens encore de lui pendant mon passage au Service Afrique (à Paris), de grands moments... Ça fait souvent mal lorsqu'on perd quelqu'un que l'on connaissait bien. »

Joachim Guy Freeman, journaliste à la BBC Afrique à Abidjan : « J’adresse mes condoléances les plus attristées à la famille éplorée, que son corps repose en paix. Peace and love de ma part. »

El Hadji Moussa Kidiera, journaliste : « Je présente mes sincères condoléances à la grande famille de la Radio mondiale qui a été pour nous une source d'inspiration et de formation à ce noble métier de journaliste. Ma famille, ma rédaction, et moi-même compatissons à la douleur qui frappe tout le personnel de RFI. Que la terre d'accueil lui soit légère. »

Parfois il m'appelait et il me disait : "Le chauffeur de taxi m'a encore reconnu !" Mais c'était rempli d'humilité.
Un ami de Laurent Sadoux
14-04-2017 - Par RFI

Thérèse Isseki, journaliste : « Condoléances à ses familles biologiques et professionnelles ! Que ses valeurs prospèrent ! »

Chantal A. Kanga, journaliste : « C'est une grande et grosse perte pour RFI, pour l'Afrique, pour le monde mais surtout pour le radio. Toutes nos condoléances. »

Karim Lebhour, correspondant de RFI en Ethiopie : « Très triste et très choqué d'apprendre la mort de Laurent Sadoux. J'avais travaillé avec lui au journal Afrique à mes débuts à RFI. Il était toujours bienveillant. Souvent drôle. Il était incontestablement une personnalité marquante de RFI. Je partage votre peine à tous. »

Sy Mamoudou, directeur de L'éveil hebdo en Mauritanie : « Sincères condoléances à RFI, à la presse africaine et internationale, car cette voix qui s'est éteinte a accompagné une génération de journalistes africains qui admiraient son courage, son dévouement, et surtout son professionnalisme. En ces circonstances douloureuses, nous demeurons solidaires de nos confrères de RFI pour leur dire que cette dure épreuve touche véritablement tous les professionnels de l'information et de la communication. Oui « Chaque jour est une vie, prenez soin de vous et travaillons à la beauté des choses ». Il demeurera une référence. »

Freddy Nzeyimana, journaliste à la Radio nationale du Burundi : « Toutes mes condoléances à la famille de Laurent et à la famille RFI. Je dois vous affirmer que je suivais avec joie et plaisir ses journaux Afrique Midi. C'est une perte énorme. »

Ana Rocha, journaliste à la RFM : « Mes condoléances à la famille RFI. Que son âme repose en paix. »

Rachelle Tessougué, lauréate de la bourse Ghislaine Dupont et Claude Verlon : « Toutes mes condoléances. Que Dieu console la grande famille RFI. C'est une grosse perte pour le monde du journalisme. »

Amadou Traoré, journaliste : « Suite à la disparition « prématurée » de Laurent Sadoux,et en écoutant tous les commentaires si éloquents sur cet homme, j'ai compris encore une fois que la mort peut certes emporter un homme, mais jamais Sa Grandeur ! Repose en paix Laurent. »

Toute la rédaction de la Radio FM Ahémé de Possotomè « souhaite toutes ses condoléances à la famille éplorée et aux personnels de RFI. »

Toute l'équipe de l'institut français du Nigeria présente ses « sincères condoléances (...) RFI et l'Afrique perdent une belle voix. »

Il nous racontait l'information comme il racontait un conte : il nous prenait par la main jusqu'à la fin de son journal et on restait accroché avec Laurent jusqu'au bout.
Juan Gomez
14-04-2017 - Par RFI