RDC: le vice-Premier ministre devant le Sénat pour évoquer le Kasaï

Le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur Emmanuel Shadari Ramazani accueilli à Kananga à la descente de l'avion lors d'une visite dans le Kasaï central, Justin Milonga.
© RFI / Sonia Rolley

La situation dans le Kasaï a été évoquée mardi 4 avril 2017 au Sénat de République démocratique du Congo. Le bureau de cette chambre élargi aux élus du Kasaï a auditionné le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur et de la Sécurité. Pendant deux heures, Emmanuel Shadari Ramazani s'est prêté aux questions des sénateurs. Il s'est agi pour lui d'expliquer à ses interlocuteurs la situation dans l'espace kasaïen.

Emmanuel Shadari Ramazani a indiqué aux sénateurs que la famille du défunt grand chef Kamuina Nsapu a accepté de mettre fin aux pratiques fétichistes. Cette famille régnante a déjà commencé à déposer les armes, a expliqué le vice-Premier ministre en charge de l'Intérieur et de la Sécurité.

Il a alors indiqué que tous les autres devraient suivre cet exemple ; tous les jeunes gens qui s'identifient au mouvement Kamuina Nsapu, y compris les repris de justice et ceux qui sont instrumentalisés par les politiciens, a expliqué le vice-Premier ministre.

La question des dédoublements des chefs des groupements à la base de plusieurs conflits dans le Kasaï devra trouver rapidement une solution, de l'avis d'Emmanuel Shadari.

D'autres problèmes sont eux d'ordre humanitaire : la réhabilitation des nombreux villages incendiés, l'aide alimentaire à ces populations qui ne savent plus s'occuper des champs et les secours médicaux en leur faveur.

Aussi, Ramazani Shadari n'a pas oublié deux rendez-vous importants : les opérations d'enrôlement pour les élections qui pointent à l'horizon et la prochaine édition de l'examen d'Etat dont la première épreuve, la dissertation, est prévue pour le mois prochain. Des rendez-vous qu'il convient de bien affronter.