Bénin: le Front pour le sursaut patriotique vent debout contre Patrice Talon

Une manifestante devant l'Assemblée nationale à Porto Novo, le 4 avril 2017.
© YANICK FOLLY / AFP

Alors que le projet de révision de la Constitution porté par le président béninois a été rejeté par le Parlement mardi 4 avril, le Front pour le sursaut patriotique a tenu un meeting ce jeudi pour dénoncer plus généralement la politique de Patrice Talon, un an après son arrivée au pouvoir.

Au Bénin, ce jeudi 6 avril marque la première année au pouvoir de Patrice Talon. A cette occasion, le chef de l'Etat a adressé un message à ses compatriotes via les réseaux sociaux. Il réitère son engagement à améliorer les conditions de vie des Béninois et dit comprendre que les réformes de fond qu'il a initiées pour transformer le pays soient douloureuses et suscitent des débats.

Patrice Talon vient de subir un revers avec le rejet mardi par les députés de son projet de révision de la Constitution. Les responsables du Front pour le sursaut patriotique, qui demandaient le retrait du texte, ont voulu marquer le coup ce jeudi matin lors d'un meeting à la Bourse du travail à Cotonou.

Les opposants se sont réunis pour fêter le rejet du projet de révision constitutionnelle. Une grande victoire pour Jean Kokou Zounon, porte-parole du mouvement : « C'était un danger et le peuple l'a perçu. On a rejeté la consécration de la gouvernance dans la Constitution, mais cette gouvernance est là ! », a-t-il dénoncé.

Créé contre la révision constitutionnelle, le Front pour le sursaut patriotique veut maintenant s'engager contre la politique de Patrice Talon, qui selon lui, n'a pas répondu aux attentes. « Nous ne constatons pas de bienfait pour le peuple, regrette Paul Essè Iko, secrétaire général de la Confédération syndicale des travailleurs du Bénin et membre du comité de suivi. C'est le peuple qui l'a mis là et lui [Patrice Talon, ndlr] il pense qu'il peut faire la compétition avec son peuple ! [...] Il a échoué. »

Dans l'immédiat, le Front demande la création d'une commission d'enquête indépendante, après les affirmations de la députée Rosine Soglo sur la corruption des parlementaires.

C'était un danger et le peuple l'a perçu. On a rejeté la consécration de la gouvernance dans la Constitution, mais cette gouvernance est là !

Meeting du Front pour le sursaut patriotique à Cotonou
06-04-2017 - Par Delphine Bousquet

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.