Republier
Gambie

Législatives en Gambie: large victoire du camp du président Adama Barrow

Adama Barrow, le président gambien, arrive dans un bureau de vote de la capitale, Banjul, le jeudi 6 avril 2017.
© SEYLLOU / AFP

Le principal parti d'opposition à l'ex-président gambien Yahya Jammeh, le Parti démocrate unifié (UDP), a remporté la majorité absolue aux élections législatives du jeudi 6 avril, avec 31 sièges sur 53 à l'Assemblée. C'est donc une victoire écrasante pour le camp du président Adama Barrow, désormais indépendant. Ce résultat du premier scrutin post-Jammeh tourne définitivement la page du dictateur, dont le parti dominait l'ancienne Assemblée.

La Commission électorale indépendante a annoncé, ce vendredi 7 avril 2017, la victoire du Parti démocratique unifié (UDP). Le parti d'Adama Barrow (devenu indépendant pour prendre la tête de la coalition opposée à Yahya Jammeh lors de l’élection présidentielle de décembre 2016) a remporté 31 sièges sur 53, une confortable majorité par rapport aux partis qui le suivent en nombre de sièges. Ce sont le Parti de la Réconciliation Nationale (NRP) de la coalition au pouvoir, le Congrès démocratique de Gambie (GDC), qui se présentait comme la « troisième voie », et l'APR, le parti de Yahya Jammeh, avec cinq députés chacun. L’APR est très loin de son score des précédentes élections, puisqu’il n’a donc remporté que cinq sièges, tous dans la région de Foni, le fief de l’ancien dictateur.

L'Assemblée sera contrôlée, dans son ensemble, par les partis de la coalition au pouvoir depuis décembre 2016 : ils ont remporté 42 circonscriptions. Symbole de ce changement radical, l’entrée au Parlement de Fatoumata Diawara pour l’UDP. Elle avait été arrêtée et détenue après une manifestation contre l’ancien régime en 2016 et la voici sur les bancs de l’Assemblée à la place de ceux qu’elle combattait.

Un taux de participation plus faible qu'à l'élection présidentielle

Avec cette majorité absolue, le gouvernement va pouvoir faire passer les réformes promises par le président Adama Barrow, qui aura aussi le luxe de nommer les cinq députés supplémentaires de son choix, ce qui fera un total de 58 députés à l’Assemblée nationale. Ce choix de députés supplémentaires devrait donner lieu à de nouvelles tractations entre les différents partis de la coalition.

Quant au taux de participation, il est de 42 %, en baisse de près de dix points par rapport aux précédentes élections présidentielles. C’est plus faible que ce qu’espérait la Commission électorale indépendante. Selon son président, Alieu Momarr Njie, cela s’explique par le relâchement des électeurs après les dernières élections, très tendues en décembre, et le poids un peu moins symbolique et plus théorique de l’Assemblée nationale par rapport au statut présidentiel.

Le scrutin législatif s'est déroulé sans problème, sans incident. Les observateurs internationaux qui surveillent le scrutin doivent livrer leurs conclusions samedi 8 avril.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.