Sénégal: manifestation de «Y'en a marre» pour la démocratie et la justice

De gauche à droite : Fou malade, Fadel Barro, Thiat et Kilifeu, les leaders du collectif sénégalais Y'en a Marre.
© Guillaume Thibault/RFI

Au Sénégal, le mouvement citoyen « Y'en a marre » a appelé les Sénégalais à descendre dans la rue ce vendredi 7 avril après-midi. Mot d'ordre : s'habiller en noir, se munir du drapeau national et défiler dans le calme. Une manifestation pour dénoncer le « manque de démocratie et de justice », selon ses organisateurs. « Y'en a marre » voulait un million de personnes, mais quelques milliers seulement ont fait le déplacement.

« Y'en a marre », force de mobilisation en 2011 et 2012, estime que le pays, sa justice et sa démocratie dysfonctionnent et qu'il est temps de protester à nouveau, sous la forme d'un Rassemblement auquel une partie de l'opposition a apporté son soutien.

« Ce genre de manifestation doit permettre au président Macky Sall de savoir que c'est pas parce qu'il est applaudi par ses partisans que tout va bien au Sénégal. Non ! Ça ne va pas ! », dénonce Thierno Bocoum, porte-parole du parti Rewmi, membre de l'opposition.

Autre formation d'opposition qui a appelé ses militants à manifester aux côtés de « Y'en a marre », le PDS de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade. Fadel Barro, coordinateur du mouvement citoyen explique au micro de RFI pourquoi le mouvement accepte aujourd'hui de défiler aux côtés de ceux qu'il a autrefois combattus : « Ceux qui nous décriaient hier sont avec nous et ceux qui étaient avec nous aujourd'hui nous dénigrent. Mais nous, nous restons nous-mêmes. »

Mobiliser les Sénégalais, près de six ans après les grandes manifestations contre le projet de réforme constitutionnelle d'Abdoulaye Wade, c'était aussi l'objectif de cette journée. Mais les Dakarois rassemblés ce vendredi sur la mythique place de l'obélisque étaient bien moins nombreux qu'espérés.

Ce genre de manifestation doit permettre au président Macky Sall de savoir que c'est pas parce qu'il est applaudi par ses partisans que tout va bien au Sénégal. Non ! Ça ne va pas !
Manifestation à l'appel du collectif «Y'en a marre»
07-04-2017 - Par Lou Garçon

Emmanuel, simple citoyen, est venu dire son ras-le-bol. En 2011, il défilait aux côtés du collectif pour dénoncer le régime d'Abdoulaye Wade. « En tant que citoyen, moi j'ai peut-être un ou deux repas par jour. La majeure partie des Sénégalais n'ont pas de quoi manger ! » condamne-t-il.

Ces derniers mois, « Y'en a marre » est sorti de sa réserve pour dénoncer ce qu'ils qualifient de « justice à deux vitesses », au moment de la libération de l'ancien ministre Karim Wade puis plus récemment, avec l'incarcération du maire de Dakar.

De leur côté, les autorités sénégalaises jugent infondées les accusations du collectif. « Si la manifestation s'est tenue c'est bien la preuve que notre démocratie fonctionne » affirme Seydou Gueye, le porte-parole du gouvernement.

Le président de la République a pris l’initiative de proposer en mars 2016 un référendum avec 15 mesures destinées à renforcer les droits des citoyens, donc notre démocratie est passée de l’étape de démocratie majeure à une étape de démocratie modèle.
Seydou Gueye, porte-parole du gouvernement sénégalais
07-04-2017 - Par Marie-Pierre Olphand

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.