En Tunisie, Bernard Cazeneuve réaffirme son soutien au Premier ministre libyen

Le Premier ministre français Bernard Cazeneuve a rencontré son homologue libyen Fayez al-Sarraj lors d'une visite à Tunis, le 7 avril 2017.
© REUTERS/Zoubeir Souissi

Le chef du gouvernement français Bernard Cazeneuve était à Tunis ce vendredi 7 avril pour son dernier voyage officiel. Il a rencontré le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj. Ce dernier, reconnu par la communauté internationale et installé après l'accord de Skhirat fin 2015, détient toujours un pouvoir très faible avec la présence des milices armées et des forces du général Haftar dans l’est du pays. Pour autant, malgré le chaos qui règne en Libye, la France continue de s'appuyer sur les accords de 2015.

La communauté internationale et la France continuent de soutenir à bout de bras Fayez al-Sarraj. « Le gouvernement d'entente nationale est la seule autorité légitime », a martelé Bernard Cazeneuve ce vendredi 7 avril. Le Premier ministre libyen a lui appelé à la reprise du dialogue entre les parties, afin d'éviter l'escalade, ajoutant que seule une solution politique était possible, et que le pouvoir militaire devait se placer sous l'autorité civile.

Mais Fayez al-Sarraj est extrêmement affaibli. Des milices combattent son autorité jusque dans Tripoli et l'homme fort de l'Est, le général Haftar semble de plus en plus tenté par une conquête du pouvoir. Pour autant, Paris ne voit pas d'autre alternative que de soutenir le gouvernement d'entente nationale. « Quelle est l’autre solution ? interroge un diplomate. Laisser le pouvoir aux groupes armés ? Ça va conduire à la guerre civile. Il faut faire le choix le plus adapté au contexte. »

La France reste donc sur sa ligne, même si tout le monde s'accorde à dire que Fayez al-Sarraj s'appuie sur les milices islamistes de Benghazi. « Il nie soutenir ces groupes. Si c'est sa stratégie, il ne l'assume pas », confie-t-on à Matignon. Pour montrer le soutien de Paris, Bernard Cazeneuve a déclaré que les recettes pétrolières devaient être transférées à la Banque centrale. Mais l'injonction ressemble à un voeu pieux, car c'est le général Haftar qui contrôle aujourd'hui les terminaux pétroliers.


Bernard Cazeneuve encourage la Tunisie sur la voie des réformes économiques

Pour son dernier voyage officiel, Bernard Cazeneuve a déposé une gerbe de fleurs au Musée du Bardo, touché par un attentat terroriste il y a deux ans. Il a été reçu par le président Beji Caïd Essebsi avant une réunion de travail avec son homologue Youssef Chahed. La rencontre a notamment porté sur la situation socio-économique de la Tunisie. Six ans après sa révolution, le pays peine en effet à relancer sa croissance.

Paris réaffirme son soutien écnonomique à la Tunisie
08-04-2017 - Par Sébastien Nemeth