Bassin du lac Tchad: la FAO tire la sonnette d'alarme

Le directeur général de la FAO, Graziano Da Silva, dans un champ à Maiduguri, au Nigeria, le 7 avril 2017.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

Le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) était dans le bassin du lac Tchad vendredi 7 avril. Cette visite avait pour but d’attirer l'attention de la communauté internationale sur l'urgence à intervenir rapidement sur place. En effet, à cause des attaques de Boko Haram, le secteur agricole a subi des dégâts importants. Selon la FAO, 69 millions de personnes sont confrontées à une situation d'insécurité alimentaire grave dans cette région. Cette visite à Ndjamena, au Tchad, et à Maiduguri, au Nigeria, intervient quelques semaines avant le début de la campagne agricole.

A Maiduguri (Nigeria), le directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Graziano Da Silva, a rencontré des personnes déplacées, mais aussi visité des champs de tomates. Grâce à la présence de nombreuses ONG, certains agriculteurs ont eu suffisamment de soutien pour reprendre leurs activités.

« Désormais, le crédit arrive à temps. Les agriculteurs reçoivent des semences et de l'engrais à la place de l'argent liquide. Ceci est un bon signe, explique Aladji Ringmer, le président des producteurs de tomates dans le nord. En revanche, bon nombre de producteurs de l'extrême nord-est expriment toujours des craintes. Ils n'osent pas se rendre au marché. Dans certaines localités, les agriculteurs ont toujours peur de tomber sur des engins explosifs qui auraient été dissimulés dans les champs. »

Le message de la FAO est sans appel : « Si nous n'agissons pas avant le début de la campagne agricole, les risques de famine seront toujours aussi importants », alerte le directeur général de la FAO. Or le retour de la sécurité conditionne le travail des humanitaires et de la reprise des activités agricoles.

« La raison principale pour qu’une action puisse être engagée, c’est la paix, assure Mansour Ndiaye, le représentant de la FAO au Tchad. Dans ce cas, nous venons avec nos outils, qui sont des outils de valorisation des terres cultivables. Ici, il y a 39 millions d’hectares de terre que nous pouvons d’ores et déjà utiliser. Il faut développer les implants ruraux. »

L'autre blocage est d'ordre financier. Les humanitaires attendent toujours le décaissement des fonds promis par les partenaires internationaux à la conférence d'Oslo le mois dernier.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.