Début des consultations en vue de la formation du gouvernement en RDC

Bruno Tshibala lors d'une allocution à la presse le 4 avril 2017, quelques jours avant sa nomination à la tête du gouvernement congolais.
© Junior KANNAH / AFP

Nommé Premier ministre le week-end dernier, mardi 11 avril Bruno Tshibala s'est entretenu tour à tour avec la Démocratie chrétienne d'Eugène Diomi Ndongala, l'aile Olenghankoyi du Rassemblement des forces acquises au changement, les dissidents de la Convention des Républicains conduits par Simon Bolenge, les chefs coutumiers et le groupe parlementaire de l'UDPS. Au menu de ces discussions, le programme assigné au gouvernement, la situation socio-économique de la population et les élections notamment.

Les rencontres ont lieu à la Cité de l'Union africaine. A cette occasion, les chefs coutumiers ont indiqué leur choix quant à la répartition des postes dans le futur gouvernement.

Le ministère de la Décentralisation et des Affaires coutumières les intéresse particulièrement. Les chefs coutumiers espèrent en effet pouvoir contribuer à la résolution de la multitude des problèmes qui sont observés depuis des années dans ce secteur.

Mais certains des hôtes du nouveau Premier ministre ont promis d'aller d'abord examiner les propositions qui leur ont été faites, avant de répondre. C'est le cas du groupe de Joseph Olenghankoy qui a tout de même apporté son soutien total à Bruno Tshibala et au gouvernement qui sera mis en place.

Mais, comme on s'y attendait, le camp Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi a été invisible à la Cité de l'Union africaine. Cette frange la plus radicale de l'opposition a rejeté la main tendue du Premier ministre Bruno Tshibala qui a invité ses collègues des deux tendances à rejoindre son gouvernement pour travailler ensemble. Ce groupe déclare ne pas se reconnaître en Bruno Tshibala et promet en outre d'accentuer la pression pour dénoncer le choix du président Kabila.