L'Unicef alerte sur le nombre croissant d'enfants entre les mains de Boko Haram

Un enfant sauvé des mains de Boko Haram dans la forêt de Sambisa, dans le camp de Yola, le 3 mai 2015.
© REUTERS/Afolabi Sotunde

De plus en plus d'enfants sont utilisés par le groupe islamiste Boko Haram. C'est le constat alarmant que fait l'Unicef sur la situation dans la région du lac Tchad. Le nombre d'enfants kamikazes a triplé en trois mois.

En trois mois, 27 enfants ont été transformés en kamikazes par les jihadistes dans les quatre pays de la région du lac Tchad : Nigeria, Niger, Cameroun et Tchad. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance précise qu’à la même période, l’an dernier, il n’avait que 9 enfants, et 30 sur l’ensemble de l’année 2016.

La majorité des enfants sont des filles. Boko Haram a kidnappé des milliers d’entre elles depuis le début de son insurrection il y a huit ans. La plupart du temps, ces filles sont abusées sexuellement et utilisées comme des esclaves, épouses, ou pour commettre des attentats suicide.

Ceux des enfants qui réussissent à s’échapper sont souvent emprisonnés par les autorités de leurs pays d’origine ou carrément rejetés par leur propre famille. Le rapport de l’Unicef prévient que le rejet de ces enfants pourrait à terme les rendre vulnérables aux promesses de jihadistes.

L’Unicef déplore l’insuffisance des moyens mis à disposition pour aider ces enfants.

Au fur et à mesure que l'on a accès à ces zones qui étaient sous l'emprise de Boko Haram, on se rend compte de l'ampleur de la crise et de l'impact sur les enfants.

Thierry Delvigne-Jean
12-04-2017 - Par Hélène Naah

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.