Le franc CFA de plus en plus critiqué en Afrique de l'Ouest

Un vendeur de pain sur le marché de Sandaga à Dakar.
© AFP/Georges GOBET

Les Etats membres de la zone CFA se retrouvent ce vendredi 14 avril à Abidjan, à l'heure où l'utilisation du franc CFA fait de plus en plus débat. A Dakar, certains spécialistes voient dans cette monnaie créée en 1945 un frein au développement de leur pays. Comme Ndongo Samba Sylla, économiste à la Fondation Rosa Luxembourg, qui a participé à l'écriture d'un livre collectif sur cette monnaie.

Sur un marché du quartier populaire de la Médina, une conversation s'engage entre un vendeur de boubous made in Dubaï et l'économiste sénégalais Ndongo Samba Sylla, partisan de l'abandon du franc CFA.

« Entre le boubou du Sénégal et le boubou importé, lequel est le plus cher ?
— Les importés c'est 3 000 francs CFA, les locaux c'est 7 000 francs CFA.
— Les gens, ils achètent quoi le plus souvent ?
— Ils achètent les importés ! 
»

Une surreprésentation des produits importés donc parce que les productions locales ne sont pas assez valorisées, mais aussi, selon l'analyse de Ndongo Samba Sylla, parce que la monnaie utilisée au Sénégal n'est pas favorable aux exportations. « Le fait d’avoir une monnaie forte n’arrange pas les exportations, et donc ça nous conduit à être des importateurs massifs de produits étrangers », souligne-t-il.

A Dakar, des rassemblements, des conférences, des mobilisations ont lieu à intervalle régulier pour demander la fin du franc CFA, une monnaie dont certains vantent pourtant la solidité. « Il y a des économistes qui disent que le franc CFA est gage de stabilité et de crédibilité, mais lorsque vous ne produisez rien, vous ne pouvez pas dire que votre monnaie est crédible. Ils disent aussi que grâce au franc CFA, on a une faible inflation. Mais une faible inflation, ça veut dire qu’on garantit le pouvoir d’achat de ceux qui ont des revenus. Mais pour la plupart des travailleurs, les revenus sont très faibles. Et pourquoi ? Parce que justement, il n’y a pas beaucoup d’activité économique », avance-t-il. 

Les vendeurs interrogés par l'économiste sénégalais se disent contre le franc CFA, une monnaie qu'ils qualifient de « colonialiste », sans faire de lien avec les produits importés qui remplissent leurs étals.

A (RE)ECOUTER → Faut-il en finir avec le franc CFA ?


■ « Nous ne voulons plus du franc CFA »

Au Bénin, à la veille du sommet des ministres de la zone franc CFA qui aura donc lieu demain à Abidjan, le mouvement « non au franc CFA » a fait une déclaration. Ce mouvement panafricain, qui revendique 10 000 membres dans le pays, demande la fin du franc CFA et la création d'une monnaie unique pour les quatorze pays utilisant cette devise actuellement.

Le franc CFA, franc des colonies françaises d'Afrique, est une monnaie coloniale dont le contrôle est assure par la France depuis 1945. Nous ne voulons plus d'une monnaie appelée franc CFA.
Sèmèvo Amadidje
14-04-2017 - Par Delphine Bousquet