Vendredi de prières au Sénégal après l'incendie lors d'une cérémonie tidiane

Médina Gounass, en Casamance, où se tenait un pélerinage musulman de la confrérie tidiane.
© Google Maps

Au Sénégal, l'incendie de mercredi 12 avril qui a fait plus de 20 morts lors d'une retraite religieuse à Médina Gounass, en Casamance, a suscité une vague de tristesse dans le pays. Les pèlerins qui participaient à l'événement religieux appartiennent à une branche de la confrérie tidiane.

A la mosquée tidiane El Hadj Malick Sy, les prières viennent de s'achever. Amadou Wade s'apprête à rentrer chez lui. Il a une dernière pensée pour les victimes de l'incendie de mercredi, des fidèles réunis lors d'une retraite spirituelle importante au Sénégal. « Les hommes se retirent du village pendant dix jours pour se recueillir, se dévouer à Dieu, explique-t-il. Après la prière de 14h, on a eu à donner des bénédictions. L’imam a dit de prier pour les morts ».

Momodou Samba remet ses chaussures à la sortie de la salle de prière. Lui aussi a prié pour les victimes du drame. Mais pour Momodou, tout est une question de destin, et il faut s'en remettre à Dieu. « On a prié pour eux. Quand Dieu désire quelque chose, on ne peut rien du tout. Mais on demande à Allah de les amener au paradis, et c’est la vie. »

→ A la Une de la presse Afrique : L'incendie de la Daaka de Médina Gounass

L'incendie a débuté dans l'après-midi de mercredi près de la localité de Médina Gounass. Les abris fabriqués avec des toits de paille et du bois, l'herbe très sèche à cette période de l'année et de fortes bourrasques de vent ont favorisé la propagation des flammes.

Gniagnia Diallo pense qu'un tel drame aurait pu être évité. « Je suis une fidèle et je dis que c’est une question de sécurité, et vraiment c’est dommage et regrettable qu’on n’ait pas encore pris les mesures idoines pour que de ce genre d'accident ne se répète pas », se désole-t-elle.

A Dakar, à Médina Gounass et dans le reste du pays, ce vendredi sera une grande journée de prière à la mémoire des victimes.


La prise en charge des blessés

La directrice de l'hôpital de Tambacounda, le Dr Thérèse Aïda Ndiaye, explique le dispositif mis en place après l'incendie qui a fait plus de 20 morts et 80 blessés, selon les sapeurs-pompiers. Les blessés graves, une trentaine, ont été accueillis dans cette structure de santé.

Les premières soins avaient déjà été prodigués là où a eu lieu l'incendie à Médina Gounass. Une équipe était déjà sur place. Après l'évaluation des médecins, six blessés nécessitaient vraiment des soins au niveau du bloc.
Dr Thérèse Aïda Ndiaye
14-04-2017 - Par Esdras Ndikumana