Stefano Argenziano: MSF est «une réponse, pas la cause des départs» de réfugiés

L'«Aquarius», navire de sauvetage affrété par Médecins sans frontières (MSF).
© Matthew Kay

Plus de 2 000 migrants ont été secourus, vendredi 14 avril 2017, en mer Méditerranée, grâce à la garde côtière italienne et différentes ONG. Pas moins de 19 opérations d'aide ont été lancées dans la journée. Les opérations de sauvetage de ce type ne font néanmoins pas l'unanimité. Frontex, l'agence européenne qui cherche à contrôler les frontières du continent, accuse les organisations qui viennent en aide aux réfugiés de les encourager à partir, une accusation que rejette Stefano Argenziano, un coordonnateur des opérations pour Médecins sans frontières (MSF) en Italie.

Stefano Argenziano: «nous faisons une activité de sauvetage absolument nécessaire»
16-04-2017

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.