L’Afrique du Sud accorde l’asile politique au pasteur congolais Mukungubila

Le pasteur Joseph Mukungubila à la sortie du tribunal de Johannesburg, le 15 juillet 2014.
© MUJAHID SAFODIEN / AFP

Un opposant au président congolais Joseph Kabila a obtenu l'asile politique en Afrique du Sud. Il s'agit du pasteur Joseph Mukungubila. Les autorités congolaises l'accusent d'être impliqué dans des violences fin 2013.

Surnommé par ses fidèles « le prophète de l'Eternel », Joseph Mukungubila est à la tête d'une Eglise implantée notamment à Kinshasa et Lubumbashi.

Candidat malheureux à l'élection présidentielle de 2006, il se présente comme un opposant au régime de Joseph Kabila dénonçant ses origines rwandaises et le pillage des ressources naturelles par ce pays voisin.

Fin 2013, des hommes se présentant comme ses partisans attaquent des sites stratégiques dans plusieurs villes du pays, dont le siège de la radio-télévision nationale. La répression est sévère, plusieurs centaines de ses partisans auraient été tués.

Qualifiant ses attaques de coup monté, Mukungubila fuit le pays et se réfugie en Afrique du Sud où il tente d'obtenir l'asile politique. Il sera débouté à plusieurs reprises, arrêté par la police sud-africaine avant d'être relâché.

Selon son porte-parole, c'est une victoire. Le pasteur est désormais libre de reprendre ses activités politiques depuis l'Afrique du Sud et compte notamment continuer à mobiliser les Congolais contre le régime.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.