Tchad: les arrestations de militants se multiplient, les ONG s'inquiètent

La police patrouille dans une rue de Ndjamena en juin 2015.
© BRAHIM ADJI / AFP

Une dizaine de jours après l'arrestation de Nadio Kaïna, le leader du mouvement citoyen Lyina (« On est fatigué » en arabe), également président de la branche tchadienne de « Tournons la page », l'un de ses bras droits dans les deux mouvements, Bertrand Solo Gandere, a été arrêté samedi 15 avril; de même que pour Dingamnayel Nelly Versinis, arrêté au cours de la semaine passée. Aujourd'hui, les familles qui sont sans nouvelles des trois activistes se disent très inquiètes. Avocat et ONG s'inquiètent de leur côté de la violation de leurs droits élémentaires dans un Etat tchadien qui serait en train de se durcir.

Leur avocat et président de la ligue tchadienne des droits de l'homme se dit « très inquiet ». Plus de dix jours après l'arrestation de Nadio Kaïna, personne ne connaît le motif de son arrestation, ni l'endroit où il est détenu. De même que pour Bertrand Solo Gandere, un de ses proches également membre du mouvement citoyen Lyina et de Tournons la page. Il a été arrêté il y a trois jours, alors qu'un troisième activiste serait porté disparu.

« Depuis un certain temps, on voit que des prisonniers ont été soustraits de la maison d'arrêt pour être froidement exécutés. Maintenant, il y aussi des gens qui sont arrêtés, on ne sait pas où ils sont détenus. Nous sommes vraiment inquiets parce que d'habitude, lorsqu'il y a des problèmes, nous nous adressons aux autorités, qui nous disent "oui, telle personne a été arrêtée pour telle raison". Et nous ne pouvons avoir accès à ces personnes ? C'est presque impossible », regrette Me Guerimbaye Midaye.

Même inquiétude du côté du coordinateur international de Tournons la page. Laurent Duarte dénonce un régime qui se durcit de plus en plus. « Aujourd'hui, on sent qu'il y a une dérive autoritaire de plus en plus dure de la part du gouvernement tchadien et du président Idriss Déby qui fait face à un front social très fort et face à des mouvements citoyens jeunes, qui drainent des jeunes autour d'eux, optent pour la violence. »

Il vient d'écrire une lettre ouverte au président français. Il leur demande d'intervenir en faveur de ces activistes pour qu'ils soient libérés immédiatement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.