RDC: l'ONU fait de nouvelles découvertes macabres au Kasaï

Des agents de la Monusco à Tshimbulu, au Kasaï-Central, en février 2017. (Photo d'illustration)
© MONUSCO/Biliaminou Alao

Après une mission en RDC, des enquêteurs du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme ont fait une nouvelle série de découvertes macabres. A Kananga, au moins 40 personnes ont été tuées par l'armée du 28 au 30 mars, la plupart lors d'une opération de porte-à-porte dans le quartier de Nganza. Trois autres ont été tuées également dans le quartier de Katoka. A cela s'ajoute la découverte de 17 nouvelles fosses communes au Kasaï-Central.

« Ces découvertes soulignent l'horreur qui continue dans les Kasaï », a déclaré ce mercredi 19 avril Zeid Raad Zeid Al Hussein, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, à propos de la République démocratique du Congo.

« Les enquêteurs sont allés dans plusieurs localités après des soupçons de violations des droits de l'homme, explique sur RFI Liz Throssell, porte-parole du HCDH nous en dit plus. A Tshimbulu, ils ont découvert quinze fosses creusées dans le cimetière. Deux autres ont été trouvées à Tshienké. Un examen médico-légal est indispensable pour savoir qui sont les victimes, combien sont-elles et qui les a tuées. »

Selon les enquêteurs de l'ONU, des soldats congolais ont creusé ces fosses communes. « Cela s'est passé après des combats fin mars entre FARDC et membres présumés des Kamuina Nsapu, ajoute Liz Throssell. Ces violences auraient fait au moins 74 morts dont 30 enfants, tués par les militaires. On ne peut pas encore affirmer que ces morts sont les personnes enterrées dans les fosses. Mais cela donne une vision globale de la violence, et des violations des droits de l'homme dans cette région. Une véritable enquête indépendante doit être menée. »

Désormais, ce sont 40 fosses communes que les Nations unies ont découvertes dans les Kasaï depuis août 2016. Car ces 17 viennent s'ajouter aux 23 autres déjà découvertes dans les territoires de Luiza, de Dibaya et près de Kananga. Sachant que de nouveaux sites pourraient encore être découverts.

La question d'une enquête internationale

Prochaine étape désormais : exhumer ces fosses. Car les corps recouverts de terre ne disent rien sur leur identité ni leur nombre. Rien non plus sur l'identité de ceux qui les ont tués. Seule une expertise médico-légale pourra fournir de tels éléments. Une compétence qui n'existe pas au sein de la police congolaise. Le HCDH et les organisations de défense des droits de l'homme plaident donc pour une enquête internationale au vu du nombre et du caractère systématique de ces fosses communes.

Le gouvernement congolais, lui, exige que l'enquête reste nationale. Fin mars, il s'était engagé à ce que l'ONU et l'UA soient associés aux investigations congolaises. Mais un mois plus tard rien. La mission de l'ONU au Congo attend toujours. Elle regrette même des entraves pour accéder à certains sites et à certains témoins notamment ceux qui se trouvent en détention.

Ça témoigne de l'horreur persistante dans la région qui dure depuis des mois. Ces 17 nouvelles fosses, ainsi que rapports sur les tueries continuelles et les constantes violations des droits de l'homme, c'est quelque chose de vraiment horrifible.
Liz Throssell
19-04-2017 - Par Sébastien Nemeth