Burkina Faso: l’opposition dénonce une «instrumentalisation de la justice»

Zéphirin Diabré.
© Photo : RFI / Yaya Boudani

Au Burkina Faso, c'est le 27 avril prochain que doit se tenir le procès contre Blaise Compaoré, et d'autres membres de son dernier gouvernement, pour avoir assisté au Conseil de ministre d'octobre 2014 qui a décidé de la modification de la Constitution. Au cours d'une conférence de presse pour annoncer son prochain de meeting de protestation contre la dégradation du niveau de vie au Burkina Faso, le chef de file de l'opposition a dénoncé ce qu'il considère comme « l'instrumentalisation de la justice » par le gouvernement actuel.

Selon Zéphirin Diabré, chaque fois que l'opposition annonce une manifestation, le pouvoir brandit le spectre du procès pour « régler ses comptes » à l'opposition, comme c'est le cas actuellement avec le procès de l'ancien président Blaise Compaoré et ses ministres.

Il y a le meeting qui est prévu pour le 29 et donc le 27 comme par hasard on réveille donc le dossier de traduction devant la Haute Cour de justice des membres du dernier gouvernement de Blaise Compaoré. Soit c’est une anticipation pour montrer à l’opinion qui nous est favorable que peut-être des critiques de l’on fait à ce niveau-là ne sont pas fondées, mais on peut aussi y voir peut-être des tentatives d’intimidation par rapport aux partis politiques concernés, aux personnalités concernées, pour freiner leurs ardeurs.
Zéphirin Diabré
21-04-2017 - Par Yaya Boudani