Cameroun: pourquoi le gouvernement a rétabli Internet dans les zones anglophones?

Le camp de réfugiés internet anglophone de la Silicon Mountain.
© Twitter / Rebecca Enonchong

Internet est officiellement de retour dans les zones anglophones du Cameroun après trois mois de coupure totale. Depuis le 17 janvier, la Toile n’était plus accessible. Une mesure inédite, la plus longue jamais enregistrée en Afrique, mise ne place suite à la contestation dans deux régions où la minorité anglophone se sent marginalisée par le pouvoir central.

Pour le gouvernement, le climat social semble plus détendu. Internet paraît du coup, ne plus être « une menace », selon les mots d'Issa Tchiroma Bakary, le porte-parole du gouvernement : « Nous avons pris cette décision parce que la menace qu’Internet pesait sur notre territoire a pratiquement disparu. C’est-à-dire qu’il y a moins de violence, qu’il y a une reprise effective de l’école, les opérations commerciales ont repris normalement, les Camerounais des deux régions vaquent à leurs occupations sans histoire. Fort de ce résultat appréciable, le chef de l’Etat a estimé qu’on devait permettre à Internet de reprendre comme dans le passé ».

Rétablissement avec quelques réserves tout de même. Dans un communiqué, ce responsable politique affirme que « le gouvernement se réserve le droit de prendre les mesures appropriées pour éviter qu'Internet ne soit à nouveau utilisé pour susciter la haine et la discorde entre Camerounais ». Sur cette lancée, Issa Tchiroma Bakary exhorte les populations à la « vigilance ».

Sur place, ce n’est pas vraiment l'enthousiasme, beaucoup restent très sceptiques. Le mécontentement et la frustration sont toujours palpables. A Bamenda et à Buea, on attend des gestes beaucoup plus forts pour atténuer la crise politique et sociale. « Nous ne sommes pas du tout enthousiasmés par cette nouvelle. Nous avons pris l'habitude de l'absence d'Internet. Maintenant, nous attendons la libération des prisonniers afin d'entamer un dialogue. C'est très important. Sans cela, il n'y a aucun sens à dialoguer avec le gouvernement », explique Mochiggle Vaniganssen, responsable du Social démocratic Front (SDF) à Bamenda.

Vigilance observée également par l'ONG Internet sans frontières. L’organisation estime à 4 millions d'euros le montant des pertes liées à cette longue coupure d'Internet.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.