Republier
Tchad

Tchad: le parti de Saleh Kebzabo interpelle la communauté internationale

Saleh Kebzabo, en mai 2001.
© AFP/Desirey Minkoh

Au Tchad, le Conseil statutaire de l'Union nationale pour le développement et le renouveau, le parti du chef de file de l'opposition Saleh Kebzabo, s'est achevé ce dimanche. Ce fut l'occasion pour le parti l'UNDR d'interpeller la communauté internationale sur le soutien que reçoit le président Idriss Déby alors que la démocratie et les droits de l'homme ne sont pas respectés au Tchad.

Au-delà du côté administratif, le Conseil statutaire de l’UNDR a voulu profiter des trois jours de réunions pour contester à nouveau les résultats de la présidentielle d’avril 2016 remportée, selon le parti, par le président Idriss Déby Itno dans un contexte de violation des droits de l’homme.

Pour Saleh Kebzabo, c’est surtout l’attitude des Etats-Unis, de la France et de l’Union européenne face à la situation politique au Tchad qui est incompréhensible.

Le chef de file de l’opposition a aussi profité de la session pour engager ses militants à chercher un autre chef à l’UNDR, parce qu’il compte se retirer de la présidence du parti au congrès de 2019.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.