Afrique du Sud: vers une suspension des projets nucléaires

Des pylônes éléctriques qui transportent l'électricité d'une centrale nucléaire du Cap.
© REUTERS/Mike Hutchings

L'Afrique du Sud va devoir suspendre ses projets nucléaires. Mercredi 26 avril, la justice a déclaré que tous les accords nucléaires passés ces dernières années par le gouvernement étaient illégaux et inconstitutionnels car les autorités n'ont pas respecté la procédure. La justice avait été saisie par deux associations de protection de l'environnement. Un coup dur pour le gouvernement.

C'est un sacré revers pour le gouvernement sud-africain qui depuis 2010 tente de relancer ses projets nucléaires. Pretoria souhaite réduire sa dépendance au charbon et a prévu de construire 6 à 8 centrales d'ici 2037. Un accord de coopération avec la Russie a déjà été signé et une demande d'information a été émise pour la construction de ces centrales.

Mais mercredi, la justice a déclaré la procédure illégale, car il n'y a eu aucune consultation publique, aucun débat au Parlement. Pour Liz McDaid, porte-parole d'une des associations qui a saisi la justice, le choix du nucléaire n'a jamais été débattu : « Le problème n'est pas le nucléaire. Le problème c'est la bonne gouvernance. Comment sont prises les décisions et qui en bénéficient ? Si vous prenez une décision énergétique pour ce pays, il faut que cela profite à tous les Sud-Africains et non pas à une petite élite au pouvoir. Nous assistons à des décisions qui peu à peu se sont transformées en accords énergétiques, des accords qui ne sont pas jugés nécessaires par certains spécialistes. »

En effet, l'ampleur de l'investissement - évalué à 70 milliards d'euros - suscite de nombreuses inquiétudes. L'Afrique du Sud en a-t-elle les moyens ? Les énergies renouvelables ne seraient-elles pas une meilleure alternative ? Tous les accords sont désormais suspendus et le gouvernement a indiqué être en train d'étudier le jugement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.