Afrique du Sud: après un 1er-Mai mouvementé, l'ANC et le Cosatu à couteaux tirés

Les locaux du Congrès des syndicats sud-africains, la Cosatu, à Johannesburg, en Afrique du Sud.
© MUJAHID SAFODIEN / AFP

Après l'échec de la journée du 1er-Mai, l'ANC et le Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu) se renvoient la responsabilité de la débâcle. Lundi, le président Jacob Zuma a essuyé les huées d'une partie des travailleurs affiliés au Cosatu. C'est la première fois que le président est sifflé en dehors de la province de Johannesburg. La première fois également que cela arrive lors d'un rassemblement de l'Alliance (ANC, PC et Cosatu) et la première fois qu'il est tout simplement empêché de s'exprimer. Cet événement sans précédent pourrait représenter un tournant. Le Cosatu devra peut-être bientôt faire un choix très clair entre Jacob Zuma et sa base militante, clairement lassée des frasques du chef de l'Etat.

Il est désormais clair que les soutiens de l'ANC sont en train de s'effondrer rapidement, mais difficile de dire si le parti et ses alliés tireront les conséquences de ces divisions.

Le président du Congrès des syndicats sud-africains (Cosatu), Sdumo Dlamini, avait pourtant été mis en garde : une partie des syndicats ne voulaient pas voir Jacob Zuma à leur rassemblement du 1er-Mai. Mais leur chef a préféré les ignorer, en laissant le chef de l'Etat se présenter devant eux.

C'est le signe que le Cosatu « se coupe de sa base » selon certains analystes, qui estiment que les dirigeants de l'ANC se sont également fourvoyés en croyant se rendre « en terrain conquis ».

Lundi dernier, Jacob Zuma n'a pas été le seul à être sifflé et hué. Plusieurs de ses proches ont subi le même sort. La présidente de l'Assemblée nationale Baleka Mbete a notamment été très mal accueillie dans le Kwa Zulu Natal.

A l'opposé, le vice-président Cyril Ramaphosa s'en est sorti sans accrocs. Tout comme le secrétaire général de l'ANC Gwede Mantashe, lui aussi critique vis-à-vis de Jacob Zuma.

Le choix est d'autant plus urgent que le Cosatu est désormais concurrencée par la nouvelle confédération syndicale Saftu, emmenée par Zwelinzima Vavi et le syndicat de la métallurgie Numsa.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.