Republier
Mali

Mali: l’ouest du pays reste sous la menace des groupes armés

Soldats maliens en position dans la forêt de Wagadou, au nord-ouest du Mali.
© © Serge Daniel/RFI

Au Mali, il n’y a toujours pas de revendication après l'attaque de mardi qui a fait au moins neuf morts et cinq blessés dans les rangs de l'armée malienne. Une action qui a eu lieu entre les localités de Dogofri et Nampala, au nord de la ville de Ségou, dans le centre du pays. Une zone déjà frappée à plusieurs reprises par le passé, mais dont on parlait moins ces derniers temps, les attaques s'étant concentrées plus à l'est, à la frontière du Niger et du Burkina Faso. Cette attaque et son lourd bilan rappellent que l'ouest du Mali vit toujours, aussi, sous la menace des groupes armés qui se réfugient dans les forêts situées non loin de la frontière mauritanienne.

C'est dans la forêt de Wagadou que les hommes qui ont mené de l'attaque de mardi se seraient retirés. Située dans la région de Nara, de l'autre côté de la frontière mauritanienne, il s'agit d'une savane très dense de 80 kilomètres de long et de 40 kilomètres de large environ dans laquelle il est difficile de pénétrer. Les pistes et les passages sont rares et se terminent parfois en impasse. Ce qui a déjà rebuté plus d'un militaire, reconnaît une source sécuritaire.

Plusieurs opérations pour nettoyer cette forêt ont déjà eu lieu. En 2011, avec des raids mauritaniens notamment, lors d'une opération conjointe en 2012 et dernièrement fin 2015. Mais de source sécuritaire, cette zone n'a jamais totalement été pacifiée.

Non loin de là, une autre forêt est sous surveillance : celle de Farimaké à l'est de Nampala et au sud de Léré. Cette ancienne terre de pâturage a été délaissée par les éleveurs à cause de l'insécurité grandissante ces dernières années. Elle s'est étoffée au cours des derniers hivernages pour devenir aujourd'hui un nouveau repère des groupes armés et en particulier du Front de libération du Macina qui a vu le jour il y a deux ans.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.