Togo-Ghana: un poste-frontière tout neuf, mais pas encore opérationnel

Poste frontière entre le Ghana et le Togo.
© Getty Images/ Max Milligan

Au Togo, Nana Akufo-Addo, le président ghanéen en séjour à Lomé depuis mardi, a visité avec son homologue togolais, le poste de contrôle juxtaposé de Noépé-Akanu. Construit pour faciliter la fluidité des passages de personnes et de marchandises entre les deux pays, le poste est toujours non opérationnel malgré son inauguration.

Situé à environ 25 kilomètres au nord-ouest de Lomé, le poste de contrôle juxtaposé de Noépé au Togo et Akanu au Ghana est construit sur 17 hectares, grâce à l'Union européenne, sur une initiative de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Il devrait permettre le regroupement des administrations de contrôle frontalier sur un site unique, voire dans un même local, la facilitation des échanges entre les Etats frontaliers ainsi que la réduction du nombre de contrôles sur les réseaux routiers communautaires.

Le poste de contrôle construit depuis 2014 pour faire faire des économies aux deux pays n’est pas encore opérationnel. « Il reste un certain nombre de choses à faire, notamment la dotation de ces infrastructures en équipement de bureaux, en équipement informatique », explique Kodjo Adédzé, le commissaire général par intérim de l'Office togolais des recettes (OTR).

Pour aller vite et rendre opérationnel cet instrument, le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, profite de la visite du président ghanéen sur le site pour lui demander d’user de son influence auprès de la Cédéao : « Face à tous ces obstacles, je voudrais, au nom des membres de l’Office togolais des recettes et les autres agences gouvernementales solliciter très respectueusement de votre haute bienveillance votre implication personnelle pour rendre opérationnelle cette structure, véritable opportunité de facilitation des échanges entre nos deux pays. »

La Cédéao entendra-t-elle l'appel des deux pays ? A Lomé, l'optimisme est de mise et c'est après ces équipements que les agences du Ghana et du Togo pourront intégrer ces locaux pour son opérationnalisation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.