Législatives au Sénégal: l’opposition s’organise en une large coalition

L'ancien président Abdoulaye Wade lors d'un meeting à Dakar, le 4 février 2015.
© AFP PHOTO / SEYLLOU

Au Sénégal, la course pour les élections législatives est clairement lancée. La nuit dernière, l'opposition a confirmé la création d'une large coalition. L'objectif est clair : imposer au président Macky Sall une cohabitation.

Cette volonté de s'allier, dans les tuyaux depuis six mois, s'est accentuée avec l'emprisonnement du maire de Dakar, Khalifa Sall, en mars. Aux manettes pour réunir des ennemis d'hier : Abdoulaye Wade.

L'ex-président a, par exemple, invité plusieurs leaders, notamment Malick Gackou du Grand Parti, à la Mecque, il y a deux mois. Il a aussi réussi à se réconcilier avec le patron de Rewmi, Idrissa Seck. Au final, dix partis s'associent.

Quel leader ?

Dans le communiqué qui fait office d'acte de naissance, cette « coalition gagnante » tape sur le régime actuel, critique le « clan Macky Sall » et indique vouloir améliorer les conditions de vie des populations, garantir la bonne gouvernance, renforcer la démocratie. Sous couvert de l'anonymat, un cadre de la majorité indique « ne pas être inquiété, car cette opposition, sans leader, ne représente rien ».

Abdoulaye Wade en France, son fils Karim invisible, Khalifa Sall en prison, il est vrai que le plus difficile débute pour cette coalition qui doit avant tout, car c'est le jeu des législatives, définir ses têtes de liste.

Ennemis jurés hier et désormais autour de la même table. Née en début d'année, l'idée de créer de cette coalition s'est accélérée avec l'incarcération de Khalifa Sall en mars. A la manœuvre, depuis la France, Abdoulaye Wade. L'ex-président qui souhaite battre Macky Sall dans les urnes, explique Amadou Sall cadre du parti démocratique sénégalais...
Reportage à Dakar: « La coalition pour le redressement du Sénégal »
05-05-2017 - Par Guillaume Thibault