Republier
Mauritanie

Mauritanie: décès de l’ancien président Ely Ould Mohamed Vall

Ely Ould Mohamed Vall, ancien chef d'Etat mauritanien, ici en 2005 à Bamako.
© Gilles Bassignac/ gettyimages.fr

L'ancien président mauritanien Ely Ould Mohamed Vall est décédé vendredi 5 mai. Il serait mort subitement d'une crise cardiaque alors qu'il se trouvait dans la région de Zouérate au nord du pays. Son corps a été rapatrié par avion militaire et la Mauritanie a décrété un deuil de trois jours à compter de ce vendredi. Ancien patron de la sureté de l'Etat Ely Ould Mohamed Vall a présidé la transition de 2005 à 2007 après le renversement de Maaouya Ould Taya.

Une silhouette élancée, une épaisse moustache poivre et sel et de fines lunettes. Ely Ould Mohamed Vall était un homme imposant par sa taille mais d'un naturel réservé et discret en société, un colonel qui aimait lire et se retirer dans le désert à l'écart de l'agitation de la capitale.

Militaire de carrière, il se fait connaître lorsqu'il devient directeur général de la sureté de l'Etat à la fin des années 80. Il restera vingt ans à ce poste de l'ombre. Jusqu'à ce fameux mois d'août 2005 où il se retourne contre le président Maouya Ould Taya qu'il servait jusque-là. Dans ses habits kaki de militaire il prend alors la tête du CMJD, la junte qui conduira la transition démocratique de 2005 à 2007.

C'est lui qui fera en sorte que le nombre de mandats présidentiels soit limité à deux dans la Constitution. Ely, comme l'appellent les Mauritaniens, avait promis de ne pas être candidat à sa propre succession, il tient parole et quitte le pouvoir en 2007 avec les félicitations de la communauté internationale.

Un an plus tard il s'oppose catégoriquement au coup d'Etat mené par son ancien compagnon de route et cousin Mohamed Ould Abdelaziz. C'est l'année de la rupture. Sans adhérer à aucun parti, et sans jamais faire de vague faute de véritable assise populaire, Ely Ould Mohamed Vall est depuis resté un des plus virulents détracteurs du pouvoir. Il y a quelques semaines encore il s'était élevé contre le projet de référendum constitutionnel prévu le 15 juillet. Un projet qu'il avait l'intention de faire échouer.

Lors du putsch de 2005, nous avions tous applaudi, comme toute la Mauritanie (...) Il avait joué un rôle...
Témoignage: Diop Moustapha, ancien directeur de la Marine nationale, ancien ministre et compagnon de route de l'ancien président pendant des décennies
06-05-2017 - Par RFI

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.