Afrique du Sud: l’Homo Naledi est bien plus jeune qu’on ne le pensait

Le professeur Lee Berger, le paléontologue qui a mené l'exploration en Afrique du Sud aboutissant à la découverte de l'Homo naledi.
© REUTERS/James Oatway

En Afrique du Sud, le squelette d’Homo Naledi, cet ancêtre lointain de l’homme découvert par un paléontologue américain il y a quelques années, a finalement été daté. Cet hominidé aurait vécu il y a 200 000 à 300 000 ans. Finalement, Homo Naledi est donc beaucoup plus jeune que prévu.

L’équipe du paléontologue américain Lee Berger, qui a découvert Homo Naledi, pensait qu’il pourrait avoir jusqu’à 1 million d’années parce qu’il a des caractéristiques très primitives : une stature et un cerveau de petite taille, des anches très primitives. Mais cette équipe était perplexe parce que ce squelette présente aussi des éléments modernes, comme des pieds de marcheur et des mains capables de tenir des outils.

Mais selon une datation dont les résultats ont été dévoilés mardi 9 mai, Homo Naledi a entre 200 000 et 300 000 ans. Il s’agit donc bien d’une nouvelle espèce de type humain qui a vécu en même temps que les Homo Sapiens dont nous descendons.

Pour l'équipe du professeur Berger, ce squelette prend une tout autre dimension. Cela veut notamment dire que l’arbre généalogique humain est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense, que plusieurs espèces vivaient en même temps dans la région suggérant qu’il y avait des possibilités d’échanges entre ces espèces et qu’il reste donc beaucoup à découvrir.

« Nous pensions que l'histoire était simple : que vous aviez une lignée qui progressivement devenait de plus en plus humaine avec un cerveau de plus en plus gros et un comportement de plus en plus sophistiqué, explique le paléontologue John Hawks, membre de l'équipe. Maintenant il faut se poser de sérieuses questions : quels sont les hominidés responsables des sites archéologiques de cette époque que nous avons découverts ? Nous devons nous demander si ces différentes populations d'hominidés ont pu interagir et quel a été leur rôle dans nos origines ? »

D’ailleurs, la cave dans laquelle ont été découverts ces ossements et qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Johannesburg contient plus de 1 500 os appartenant à au moins 15 individus. C’est une découverte de taille. Il s’agit, en effet, du plus grand échantillon de fossiles hominidés jamais exhumés en Afrique.

On a la preuve que le schéma que l'on a adopté jusqu'à présent est à revoir.
Peter Schmid
10-05-2017 - Par Alexandra Brangeon