Au Burkina, on espère que l’élection de Macron inspire la jeunesse africaine

Les jeunes burkinabè attendent de véritables changements à la tête de leur pays.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Au Burkina Faso, la société civile salue l’élection d’Emmanuel Macron. Une société civile qui a participé à la lutte contre la modification de la Constitution qui aurait permis à l’ex-président Blaise Compaoré de rester encore au pouvoir. Cette société civile espère en tout cas que la jeunesse africaine va s’inspirer du cas « Emmanuel Macron » pour parvenir à de véritables changements à la tête de leurs pays.

Pour l’enseignant chercheur Abdoul Karim Saidou, de l’université de Ouaga 2 et du Centre pour la gouvernance démocratique, l’élection d’Emmanuel Macron doit inspirer la jeunesse africaine : « Ce que les Français ont fait, c’est un signal très fort, c’est un message qui peut inspirer les Africains sur la vieille classe politique, les chefs d’Etat qui se succèdent sans que l'on ne voit de changement au niveau des politiques publiques. Cela peut être un élément qui peut inspirer la jeunesse africaine. »

Même si elle qualifie d’ « anticonformiste » le nouveau président français, la société civile burkinabè ne s’attend pas à de grands bouleversements au niveau des relations franco-africaines.

« La politique française est le fait d’officines qui conçoivent, qui font des projections pour protéger les intérêts de la France, alors il [ Emmanuel Macron ndlr.] sera dans l’engrenage de cette politique. Evidemment, ça ne va pas changer fondamentalement sur le plan économique. C’est aux Etats africains également de s’assumer », estime Dr Alfred Ouedraogo, porte-parole du Front de renforcement de la citoyenneté.

Sur la question de l’immigration, Evariste Konsimbo, du Cercle d’éveil, dénonce déjà une politique de « l’immigration choisie » prônée par le nouveau président français. « Il est prêt à accepter les cerveaux et ce n’est pas bien pour les pays africains car cela va contribuer à dépeupler l’Afrique des hommes de conception dont on a besoin. »

Au Burkina Faso, la société civile espère que l’effet « Macron » fera bouger les lignes en politique pour parvenir à un changement dans la conduite des affaires.

→ A (re) lire : Emmanuel Macron président: réactions dans les capitales africaines

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.