RDC: incidents et tension autour du siège de l’UDPS à Limete

Devant le siège de l'UDPS à Kinshasa.
© RFI/Sonia Rolley

En RDC, l'incident a-t-il un lien avec le retour annoncé de la dépouille de l'opposant historique Etienne Tshisekedi vendredi prochain ? C’est la question qui se pose depuis ce mardi matin à Kinshasa après des tirs, des flammes à l'aube dans le quartier de Limete. Un camion de police a été incendié, la tente qui leur servait d'abri aussi. Deux policiers ont été blessés juste devant le siège de l'UDPS. Le principal parti d'opposition organise dans quelques jours le retour du corps de son leader, décédé à Bruxelles, il y a plus de trois mois.

D'après le bourgmestre de Limete, qui s'est rapidement rendu sur place, à l'aube vers quatre ou cinq heures du matin, une dizaine de personnes au moins se sont attaquées au camion de police qui est positionné devant le siège de l'UDPS depuis quelques semaines, tout comme à la tente qui leur servait d'abri. A l'arrivée du bourgmestre, tente et camion étaient en flammes et deux policiers étaient signalés blessés dont un très grièvement.

Qui est responsable de cette attaque ? Le bourgmestre Douglas Nkulu n'a pas été en mesure de répondre à cette question. L'attaque s'est déroulée dans la pénombre, sous la pluie. Les voisins parlent de plus d'une vingtaine d'assaillants et d'échange de coups de feu.

Pour le porte-parole de la majorité, Alain Atundu, l'attaque est le fait d'éléments radicaux de l'UDPS : « Je pense qu’en réalité, il s’agit de provocateurs qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses se déroulent normalement maintenant. Il n’y a pas de raison valable pour que ce soit des provocateurs du côté de la majorité. Nous attendons que les autorités compétentes nous donnent les identités et les mobiles des agresseurs. Néanmoins, des soupçons sérieux pèsent sur la radicalité du Rassemblement qui nous a habitués, ces derniers temps, à des propos de nature à créer une tension artificielle ».

Démenti du Rassemblement

« Faux », répond le parti d'opposition l'UDPS qui dénonce un coup monté du pouvoir pour empêcher les travaux de construction de la tombe d'Etienne Tshisekedi et le retour de sa dépouille vendredi. Augustin Kabuya, le porte-parole de l'UDPS, dément formellement être impliqué dans cette attaque : « Aucun combattant, aucun militant de l’UDPS n’est associé ni de près ni de loin avec ce qui s’est passé. L’UDPS ne revendique pas la nuit, toutes les revendications de l’UDPS, c’est la journée. La permanence de l’UDPS se trouve à côté de la maison communale de Limete, où il y a des policiers. Après la maison communale, il y a l’échangeur de Limete avec un bataillon mobile et plein de militaires. Vous pensez que les gens peuvent venir comme ça, opérer et partir ? Non. Même un enfant de maternelle ne peut pas croire à ça ».

Ce qui est certain c'est que la tension est montée d'un cran alors que l'UDPS assure toujours vouloir rapatrier le corps de leur leader vendredi. A la mi-journée, la police occupait le siège de l'UDPS totalement vide. Du côté des autorités, pas de déclaration officielle, mais on continue d'affirmer qu'un enterrement dans une zone d'habitation est impossible.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.