Des dizaines de morts dans une attaque au sud de la Centrafrique

Depuis plusieurs mois la situation sécuritaire est difficile dans le sud de la Centrafrique.
© Wikimedia Commons

Au moins une quarantaine de personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées après l'attaque qui a eu lieu mardi 9 mai dans la commune d'Alindao, dans le sud de la Centrafrique à une centaine de kilomètres de Bambari entre des membres des comités d'autodéfense et l'UPC d'Ali Darass. Cette attaque s'inscrit dans un contexte de guerre de brousse qui dure maintenant depuis des mois.

L'attaque a eu lieu mardi, vers 5h du matin. Des hommes armés rentrent dans Alindao pour attaquer les membres de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), une faction de l'ex-Seleka, dirigée par Ali Darass. L'ancien maître de Bambari est alors sur place et les combats durent une partie de la matinée, jusqu'à ce que l'UPC repousse ses assaillants.

Les motivations du groupe d'autodéfense restent inconnues pour le moment. Aucune des mouvances anti-balaka, que ce soit la branche Ngaïsonna ou celle de Mokom, ne revendique l'incursion dans Alindao.

Toujours est-il que de nombreuses exactions ont été commises dans la ville. Des personnes ont été partiellement égorgées, des maisons brûlées et plus de 8 000 habitants se sont réfugiés auprès de l'évêché. Selon une source onusienne, une quarantaine de personnes auraient été enterrées, mais le bilan pourrait être plus lourd.

Qui de l'UPC ou du groupe d'autodéfense a commis ces exactions ? Pour le moment, il est difficile de donner un avis tant les deux camps restent sur leurs positions.

Jeudi, une réunion avec l'état-major de l'UPC, les autorités religieuses et la Minusca a eu lieu afin de tenter de calmer les tensions. S'il existe un calme relatif en ce moment à Alindao, la situation humanitaire risque encore de s'aggraver, avec une augmentation des déplacés sur les axes.

Cela fait plusieurs mois que la situation sécuritaire est inquiétante dans cette partie sud du pays. Depuis que l'UPC a quitté Bambari et que le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) a créé une alliance contre-nature avec ses ennemis d'hier, les anti-balaka.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.