Foire internationale de Madagascar: les femmes entrepreneurs à l’honneur

Site internet de la 12e Foire internationale de Madagascar en 2017.
©

Jeudi 18 mai, le coup d'envoi de la 12e Foire internationale de Madagascar a été donné. Jusqu'à dimanche à Antananarivo, plus de 300 entreprises du secteur privé se sont donné rendez-vous pour exposer aux visiteurs leurs savoir-faire et compétences. Cette année, les organisateurs ont choisi de mettre à l'honneur les femmes entrepreneurs.

Une partie du hall des expositions leur a été réservé. Leurs stands sont mitoyens, à une extrémité du salon. Pour les situer sur le plan, facile : il suffit de repérer la couleur rose. Décidément, les clichés ont la vie dure.

Christiane Razafindrakoto a justement décidé de leur tordre le cou, à ces clichés. Depuis sept ans, elle dirige l'entreprise de BTP qu'elle a créée. « User Mada », c'est son nom, est spécialisé dans les installations métalliques.

« Mon plus gros défi, c'est vraiment de concurrencer les autres entreprises de construction, parce que c'est un secteur d'hommes, particulièrement. On est peu nombreux à être des femmes. Et grâce au GFEM, on essaie de promouvoir l'entrepreneuriat, le BTP féminin, de mettre en avant nos qualités techniques, et de montrer aussi qu'on peut être professionnelles, normalisées, comme dans d'autres entreprises », explique-t-elle.

Une qui n'est plus à convaincre, c'est justement Fanja Razakaboana, la présidente du GFEM, le Groupement des femmes entrepreneurs de Madagascar. Créée en août 2016, cette plateforme qui regroupe plus de 200 micros, petites et moyennes entreprises issues du secteur formel, aide les entrepreneuses à se professionnaliser :

« Le problème aujourd'hui, c'est l'accès au financement. Donc, comment aider ces femmes pour que leurs projets soient réalisés ? Il y a des systèmes de demande de garanties, il y a beaucoup de difficultés sur l'établissement du dossier en lui-même. Donc l'accompagnement technique, et puis après aussi l'éducation financière : c'est là-dessus que le GFEM intervient. »

Si les difficultés d'accès aux financements sont communes aux femmes et aux hommes, les aspirations des entrepreneurs, quel que soit leur sexe, ont aussi des similarités : tous espèrent acquérir plus de notoriété et viser ainsi de nouveaux marchés durant ces quatre jours de foire internationale. Non, vraiment, l'ambition n'est pas une histoire de genres.