Tunisie: quand le neveu de l'ex-première dame parle corruption à la télévision

Capture d'écran du témoignage face caméra d'Imed Trabelsi, le 19 mai 2017.
© DR.

Le neveu de l'ancien dictateur tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a témoigné vendredi 19 mai 2017 à la télévision. Un évènement encore impensable quelques années plus tôt. Mohammed Imed Trabelsi, membre de la famille de l'ex-première dame, a raconté en détails comment il a corrompu les douaniers et usé de son pouvoir pour ses intérêts privés. Un témoignage inédit et exceptionnel, puisqu'Imed Trabelsi est actuellement emprisonné. C'est aussi la première fois qu'un proche de l'ancien régime avoue publiquement ses crimes et demande pardon au peuple tunisien.

Imed Trabelsi est l'un des rares membres du clan Ben Ali a avoir été arrêté, jugé et emprisonné après la révolution de 2011. C'est justement en prison que la commission chargée de faire la lumière sur les crimes de la dictature est allée l'interroger. Face caméra, pour la première fois, Imed Trabelsi raconte comment il a bénéficié de l'influence de sa tante, Leïla Ben Ali, pour monter un trafic de bananes.

Avec un associé, « dès qu'il apprenait que quelqu'un essayait d'importer des bananes, il s'arrangeait avec les douaniers pour qu'il ne puisse pas sortir du port ou de l'aéroport avant que la marchandise ne soient périmée ». Une situation d'autant plus aisée que « tous les officiers des douanes travaillaient pour nous, pour rendre la vie difficile à nos concurrents ».

Imed Trabelsid détaille ensuite les backchichs versés et les trafics qui ont suivi : climatiseurs, alcool, ou même vaisselle. Imed Trabelsi demande enfin pardon au peuple tunisien. Des excuses qui font partie des conditions pour obtenir un accord d'arbitrage avec l'Etat et un éventuel abandon des poursuites contre lui s'il rembourse les sommes détournées. Pour l'instant, son dossier est toujours en attente auprès du chargé de contentieux de l'Etat.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.